Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Fécafoot : Samuel Eto’o dénonce des « fraudes présumées » de l’exécutif dirigé par son adversaire Seïdou Mbombo Njoya

Fécafoot : Samuel Eto’o dénonce des « fraudes présumées » de l’exécutif dirigé par son adversaire Seïdou Mbombo Njoya

Paru le lundi, 27 septembre 2021 11:14

Candidat à l’élection du président de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), l’ancien capitaine des Lions indomptables a accusé l’actuelle équipe dirigeante de multiples fraudes dans le processus électoral en cours. Ses griefs sont contenus dans deux lettres adressées, le 21 septembre à la secrétaire générale de la Fédération internationale de football association (FIFA) et l’autre, le 24 septembre, au ministre des Sports et de l’Education physique.

Tout d’abord, Samuel Eto’o Fils estime que c’est l’Assemblée générale de 2009 qui est légitime pour élire le nouvel exécutif de la Fecafoot. Il s’aligne ainsi sur la sentence du Tribunal arbitral du sport (TAS) de janvier dernier qui a mis fin au mandat de l’équipe actuelle élue en 2018 et provoqué de nouvelles élections. Ce qui faisait de l’équipe actuelle un exécutif intérimaire chargé de gérer les affaires courantes comme le précisera plus tard la FIFA.

En clair, c’est l’Assemblée générale de 2009 qui doit constituer le corps électoral actuel. Et pour éviter que les résultats de cette élection soient contestés à l’avenir, s’il est élu, comme cela a été le cas ces dernières années, Eto’o Fils demande à la FIFA : « au regard de ce qui précède et soucieux d’éclairer la lanterne des acteurs du football camerounais, je m’en remets à votre sagesse pour nous garantir que le socle sur lequel nous souhaitons bâtir nos élections ne nous soit pas opposable à moyen terme ».

Le candidat déclaré pointe d’ailleurs le jeu trouble de la FIFA depuis la sentence du TAS. En effet, après sa sentence, le TAS avait laissé le soin à la FIFA de redéfinir les règles d’une future élection sur la base de cette décision. La secrétaire générale de la FIFA avait de ce fait indiqué au lendemain de cette sentence que « les modalités et les limites concrètes de ce mandat (celui de l’équipe Seïdou Mbombo Njoya) seront précisées ultérieurement et sous le contrôle de la FIFA qui devra être consultée avant toute décision envisagée qui sortirait du cadre des affaires courantes ».

Des faits rappelés par le goléador camerounais qui s’inquiète du mutisme de la FIFA sur le sujet et interroge la SG de clarifier les règles du jeu : « Est-ce que vous avez été consulté pour la validation de toutes les actions menées jusqu’ici par l’exécutif intérimaire de la Fecafoot ? ». Avant cela, le candidat souligne à grands traits que le processus électoral actuel est « encadré par la FIFA ».

En sus de cela, l’ancien capitaine de Lions dénonce les manœuvres de l’exécutif intérimaire dirigé par l’ancien président Seïdou Mbombo Njoya, lui aussi candidat à la présidence de la Fecafoot. D’après Eto’o, cette équipe viole les textes de la Fecafoot et les lois nationales. Ainsi, il y a quelques semaines, le SG de la Fecafoot, Benjamin Didier Banlock, dont on dit être proche de Samuel Eto’o Fils, a été limogé.

Puis encore, l’ancien capitaine pointe le tripatouillage de la liste des clubs de championnats départementaux. La commission électorale aurait ainsi retiré de cette liste, des clubs pourtant enregistrés dans les fichiers de la FIFA.

« Je me permets d’insister sur ce point qui constitue la base de tout le processus électoral et dont vous (la FIFA) avez la responsabilité de vérifier la conformité à travers le fichier du système FIFA Connect de la Fecafoot afin de constater la gravité du nombre de clubs éligibles, mais retirés des listes des championnats départementaux saison 2020/2021 et des clubs inexistants et inéligibles ajoutés », déplore Eto’o Fils.

La Fecafoot a par ailleurs refusé d’appliquer la sentence de la Chambre de conciliation et d’arbitrage qui a demandé la suspension de la décision portant publication de la liste des clubs. Ceci, après une plainte introduite par Maboang Kessack, ancien Lion, lui aussi candidat à la présidence de la Fecafoot.

A tout cela, Eto’o Fils pointe également les « plaintes pour tentatives de corruption et menaces sous conditions » dont seraient victimes les présidents des clubs électeurs. Manœuvres qui auraient provoqué le « désistement massif de plusieurs d’entre eux ».

Autre point de tensions entre les deux adversaires, les candidatures de certains membres du comité exécutif de la Fecafoot. « Suite à la publication de la décision (…) portant publication des listes des candidatures aux postes de présidents, vice-présidents des conseils d’administration des ligues départementales de football et des délégués aux Assemblées générales régionales, il en ressort que parmi les candidats aux postes de délégué dans les différents départements, le nom de l’actuel président par intérim (monsieur Seïdou Mbombo Njoya) et ceux du comité exécutif intérimaire de la Fecafoot (…) y figurent », dénonce l’ancien Lion. Le tout, souligne-t-il, en violation de l’article 36 alinéa 4 qui veut que « tout personnel ou salarié de la Fecafoot candidat à un poste électif doit préalablement démissionner de ses fonctions au moins trois mois avant la date du scrutin ».

Du côté de la Fecafoot, aucune réaction officielle n’a été enregistrée. Cependant, certains à la « maison de Tsinga », font savoir que le candidat Eto’o prend la FIFA et les autorités camerounaises à témoin après l’échec de son projet de contrôle de l’élection au niveau des ligues départementales. « Il se rend compte que ses listes ne sont pas passées et tente un baroud d’honneur en saisissant la FIFA », commente une source sous anonymat.

A rappeler que le processus électoral actuel a commencé le 7 juillet dernier et va culminer le 11 décembre prochain par l’élection du président de l’instance faitière du football camerounais. Il y a deux jours, Samuel Eto’o a été élu délégué départemental dans la Sanaga Maritime, avec 23 voix sur 24 tandis que dans le Noun Seïdou Mbombo Njoya a récolté 22 voix sur 22.

Ludovic Amara

 

 

Lire aussi : Fecafoot : Voici le projet de Samuel Eto’o pour relancer le football camerounais

Dernière modification le lundi, 27 septembre 2021 11:16

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.