Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Lutte contre le paludisme : une unité de recherche inaugurée au centre Pasteur de Yaoundé

Lutte contre le paludisme : une unité de recherche inaugurée au centre Pasteur de Yaoundé

Paru le mercredi, 27 octobre 2021 07:41

Le ministre de la Santé publique (Minsanté), Manaouda Malachie, et l’ambassadeur de France au Cameroun, Christophe Guilhou, ont inauguré une unité de recherche sur le paludisme logée au sein du centre Pasteur de Yaoundé le 26 octobre 2021.

Cette infrastructure, dont la construction a nécessité un financement de 100 millions de FCFA, dispose de quatre laboratoires spécialisés en entomologie médicale, en épidémiologie moléculaire, en découverte de nouveaux médicaments et en développement de nouvelles technologies d’analyses.

D’après le directeur général du centre Pasteur de Yaoundé, Dr Mirdad Kazanji, le Cameroun a enregistré 11 millions de cas de paludisme ayant provoqué plus de 11 000 décès, dont 60 % d’enfants, en 2020. Ce qui fait du paludisme un problème majeur de santé publique, surtout que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) classe le Cameroun parmi les 11 pays au monde qui paient le plus lourd tribut à cette maladie endémique.

Ce laboratoire, souligne Manaouda Malachie, offre la possibilité de développer des solutions endogènes contre le paludisme dont les vecteurs développent des résistances aux différentes formes de lutte depuis quelques années. « Dans ce centre de recherche, les travaux vont s’étendre sur l’identification des moustiques et leur évolution dans le temps, l’étude de leur environnement. Les travaux en cours portent sur la transmission du plasmodium vivax auparavant rare au Cameroun, les nouveaux candidats vaccins et les méthodes de lutte (moustiquaires, insecticides) utilisées jusqu’ici », précise une note d’information de la communication du Minsanté.

D’après Jean Marc Hougard, représentant de l’Institut de recherche pour le développement (IRD) en Afrique centrale, ce projet témoigne de la place privilégiée qu’occupe le Cameroun au sein de cet organisme. La preuve, souligne-t-il, l’IRD représente 10 % de la production scientifique du Cameroun. Ce qui le hisse au 3è rang des pays qui publient le plus avec l’IRD.

Du coup, pour Christophe Guilhou, cette infrastructure vient renforcer les relations en la matière entre le Cameroun et la France vieilles de plus de 50 ans.

D.M.

Dernière modification le mercredi, 27 octobre 2021 07:42

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.