Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Un soldat aux arrêts pour avoir tiré sur une voiture dans l’enceinte d’un hôpital à Bamenda

Un soldat aux arrêts pour avoir tiré sur une voiture dans l’enceinte d’un hôpital à Bamenda

Paru le vendredi, 28 février 2020 11:27

Un soldat est aux arrêts depuis le 9 février 2020, dans la ville de Bamenda, chef-lieu dans la région anglophone du Nord-Ouest. Il se trouve à la compagnie de gendarmerie de Bamenda où une enquête a été ouverte. Il est accusé d’avoir ouvert le feu « en violation des règles d’engagement » sur un « véhicule suspect » qui se trouvait dans le parking d’une formation sanitaire, rapporte un communiqué rendu public quelques heures après l’incident par le ministre camerounais de la Défense (Mindef), Joseph Beti Assomo.

Dans cette sortie, le Mindef décrit les circonstances de « cet incident avec mort d’homme », survenu au lieu-dit Saint Mary Catholic Hospital à Mankon dans la capitale régionale du Nord-Ouest. Interpellé par une patrouille de la base aérienne 501 qui « traquait précisément un groupe de terroristes sécessionnistes », le véhicule suspect a pris la fuite après un refus d’obtempérer, obligeant la patrouille à se lancer à sa poursuite.

« Après une poursuite sur la voie publique, le véhicule suspect va changer de cap malgré les sommations d’usage, avant de tenter une planque dans le parking du Saint Mary Catholic Hospital, lieu précisément où un soldat ouvrira le feu », rapporte le communiqué.

Le bilan de cet incident fait état d’une perte en vie humaine et d’un blessé. En effet, le conducteur du véhicule, le nommé Fuh Augustin (49 ans) a été mortellement atteint et son corps transporté à la morgue de l’Hôpital régional de Bamenda.

Selon l’armée, le véhicule suspect avait également à son bord un individu « blessé par balle à la jambe gauche il y a deux semaines, sur l’axe Mbengwi-Bamenda, au cours d’une confrontation avec les Forces de défense et de sécurité. Il en a résulté une amputation de ladite jambe au Saint Mary Catholic Hospital, où ce dernier recevait des soins comme patient externe ».

Cet incident intervient à la suite d’un autre qui a coûté la vie à plusieurs civils à Ngarbuh, une autre localité de la région en crise du Nord-Ouest. Une enquête a également été ouverte en vue d’établir la vérité et les responsabilités dans cette affaire qui cristallise l’attention de l’opinion nationale et internationale.  

BE

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.