Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Lutte contre le coronavirus : Manaouda Malachie s’explique sur l’attribution des marchés

Lutte contre le coronavirus : Manaouda Malachie s’explique sur l’attribution des marchés

Paru le mardi, 28 juillet 2020 11:35

« Dans une optique de transparence et d’équité, un avis à manifestation d’intérêt a été lancé le 14 mai 2020, afin de préqualifier toutes les entreprises aptes à assurer des prestations dans le cadre de la riposte au Covid-19, suivant un principe de spécialisation », a expliqué Manaouda Malachie (photo) lors d’un point de presse donné le 24 juillet dernier à Yaoundé.

D’après le ministre de la Santé publique (Minsanté), l’un des critères les plus pertinents dans cette sélection porte sur la capacité financière des entreprises qui se positionnent pour traiter avec l’État. Par ailleurs, afin de limiter les risques de collusion, une commission spéciale chargée de préparer et de donner un avis sur les projets de marchés et lettres commandes spéciaux a été mise sur pied, informe le Minsanté. Ce dispositif permet notamment de garantir le respect des prix référencés dans la mercuriale et surtout d’assurer des économies à l’État dans le processus de contractualisation.

Cette commission composée, entre autres, d’experts du ministère de la Santé publique, du ministère des Finances, de l’Agence de régulation des marchés publics (ARMP) se penche régulièrement sur le respect des règles en matière de commande publique, mais surtout sur la régulation des prix. Dans ce sens, « bon nombre de prestataires ont d’ailleurs vu leurs offres de coûts, revues à la baisse, sous réserve de les voir simplement rejetées, en raison de ce que les prix proposés, mêmes en étant en conformité avec la mercuriale, pouvaient clairement être révisés, tout en garantissant aux prestataires, des marges raisonnables », a révélé le Minsanté.

Pour illustrer son propos, Manaouda Malachie évoque quelques exemples. « Les prix validés par les instances en charge de la régulation commerciale proposent des combinaisons intégrales à des prix allant de 47 000 à 80 000 FCFA, pendant que le redressement des prix pratiqués par cette commission permet d’acquérir ces produits entre 33 000 et 35 000 FCFA. À ce jour d’ailleurs, toutes les commandes sont facturées à 33 000 FCFA. Il en est de même pour les surblouses dont la validation est fixée à 30 900 FCFA, alors que les prix pratiqués sont fixés à 10 925, ou encore des masques à usage unique référencés à 3 008 FCFA, mais acquis entre 750 et 1150 FCFA pour les masques chirurgicaux, et à 1 750 FCFA pour les masques FFP2 », a-t-il détaillé.

Depuis plusieurs semaines, la gestion des fonds publics destinés à la lutte contre la pandémie du coronavirus est au cœur d’une polémique. Des partis politiques de l’opposition, des organes de la société civile et certains activistes critiquent la gouvernance du gouvernement. De leur avis, le processus d’attribution des marchés serait émaillé de corruption et de surfacturation.

BE

Lire aussi:

Lutte contre le Covid-19 : Manaouda Malachie dépense 20 milliards de FCFA en cinq mois

Gestion du Covid-19 : Manaouda Malachie répond à Jean Michel Nintcheu

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.