Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Les pèlerins camerounais privés de Hadj en 2020 à cause du coronavirus

Les pèlerins camerounais privés de Hadj en 2020 à cause du coronavirus

Paru le lundi, 29 juin 2020 11:30

Les pèlerins camerounais n’effectueront pas le Hadj prévu du 28 juillet au 2 août 2020 en Arabie saoudite. En raison de la pandémie de coronavirus (Covid-19), les autorités saoudiennes ont décidé de limiter le grand pèlerinage à la Mecque à leurs ressortissants et aux citoyens étrangers résidant dans le royaume.

« Le Hadj est réservé cette année uniquement aux personnes de différentes nationalités qui souhaitent l’accomplir et qui se trouvent en Arabie saoudite », indique le ministère saoudien du Hadj et de la Omra dans un communiqué le 22 juin. « Les pèlerins des pays étrangers ne seront pas autorisés à se rendre sur les lieux saints de l’Islam pour accomplir le pèlerinage », l’un des cinq piliers de l’islam, poursuit le document. C’est la première fois dans l’histoire de l’Arabie saoudite que le Hadj est fermé aux visiteurs internationaux.

Du côté de la Commission nationale du croissant lunaire, on s’incline devant la décision saoudienne. « C’est à la fois une satisfaction et une déception. Le fait que le Hadj se déroule, c’est déjà une bonne chose. La déception est le fait que nous ne puissions pas y prendre part. On aurait souhaité qu’on accordât la possibilité à ceux qui se trouvent hors du royaume de pouvoir y participer en limitant, de façon symbolique, le quota. De toutes les manières, la décision a déjà été prise. Je crois que les autorités saoudiennes ont mûrement réfléchi et compte tenu du contexte sanitaire, je crois que c’est pour le bien de tout le monde », affirme l’imam professeur Souley Mane, porte-parole de la Commission nationale du croissant lunaire. « Nous devons tout simplement patienter et prier le Très-Haut pour qu’Il éradique cette pandémie afin que les années prochaines, on puisse sereinement accomplir le Hadj », ajoute-t-il.

Le ministre de l’Administration territoriale (Minat), Paul Atanga Nji, par ailleurs président de la Commission nationale du Hadj, avait indiqué le 10 juin dernier que de « fortes incertitudes » planent sur la participation des fidèles camerounais au pèlerinage musulman à la Mecque. Ce, à cause de la pandémie de Covid-19 ayant entraîné des restrictions aux mouvements des personnes à travers le monde.

Le Minat avait par conséquent demandé aux encadreurs (qui servent notamment d’intermédiaires pour les fidèles musulmans) de s’abstenir de collecter des fonds pour l’inscription des pèlerins à ce voyage. « Globalement, les encadreurs ont respecté cette consigne et même les pèlerins qui, avec la pandémie qui sévit, ne se sont pas précipités à verser de l’argent », affirme l’imam professeur Souley Mane. En 2019, le Cameroun avait obtenu de l’Arabie Saoudite, un quota de 2 839 pèlerins pour le Hadj.

P.N.N

Lire aussi:

https://www.stopblablacam.com/fact-checking/1106-4262-non-l-annulation-du-pelerinage-2020-a-la-mecque-n-est-pas-officielle

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.