Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Yaoundé – Le chantier de réhabilitation de l’hôpital de district de Nkolndongo à l’abandon depuis 4 ans

Yaoundé – Le chantier de réhabilitation de l’hôpital de district de Nkolndongo à l’abandon depuis 4 ans

Paru le lundi, 30 août 2021 13:16

C’est un véritable SOS que le directeur de l’hôpital de district de Nkolndongo (HDN), Dr Joseph Guékémé, lance en direction du ministre de la Santé publique (Minsanté), Manaouda Malachie. Une quasi supplique pour que ce dernier se penche sur la situation guère reluisante de cette formation hospitalière dont la réhabilitation traine depuis 4 ans.

« L’hôpital de district de Nkolndongo est dans un piteux état depuis plusieurs années déjà. Situé (…) en plein cœur de la capitale politique, le décor qu’affiche notre formation hospitalière est peu reluisant pour un hôpital de la capitale », se lamente le directeur. Qui rappelle dans les colonnes du journal Repères que cet hôpital de district digne de ce nom dans un passé récent n’est plus que l’ombre de lui-même aujourd’hui.

Dr Joseph Guékémé pointe, entre autres, l’absence d’espace de travail confinant les services dans la promiscuité. Par exemple, si la salle de réanimation néonatale est quasi inexistante. Idem pour la salle de consultation des gynécologues obstétriciens. En revanche, les services d’imagerie médicale et de consultation gynécologique se partagent la même pièce.

Pire, le service de prévention de la transmission mère et enfant ne dispose pas de local. « Le minuscule hall d’accueil abrite la réception, la salle de consultations prénatales et le service de prise en charge mère et enfant. C’est dans cet espace exigu que les médecins reçoivent les femmes enceintes atteintes du VIH et les prennent en charge », raconte le reporter. Qui note que le laboratoire n’échappe pas à la promiscuité en servant à la fois de salle de prélèvement.

La démolition de l’un des bâtiments de l’hôpital en vue de la construction d’un nouvel édifice à aggraver une situation en grande partie due au retard observé dans la livraison du chantier de construction du bâtiment R+2 devant abriter les nouveaux locaux de l’hôpital. Inscrit dans le budget d’investissement public de l’exercice 2018, le projet connaît, en 4 ans, un taux d’exécution de 30 %. En mars 2021, l’entreprise adjudicataire, Tami SARL, a abandonné le chantier après sommation par les pouvoirs publics d’arrêter les travaux pour retard dans leur réalisation.

D.M.

Dernière modification le lundi, 30 août 2021 13:17

● E-Arnaques


● Fact Cheking




Les plus gros consommateurs de maïs du Cameroun (2020)

InfographieIC gros consommateurs mais cameroun

 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.