Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Covid-19 : un fonds de solidarité créé alors que le Cameroun compte désormais 193 cas

Covid-19 : un fonds de solidarité créé alors que le Cameroun compte désormais 193 cas

Paru le mardi, 31 mars 2020 18:19

Le ministre de la Santé publique, Manaouda Malachie, a annoncé la création d’un Fonds de solidarité dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. La mise en place de cette structure a été autorisée par le président Paul Biya.

« L’opérationnalisation devrait suivre sous peu. Je voudrais, à cet effet, remercier les entreprises et organisations citoyennes qui se sont déjà mobilisées ou manifestées pour soutenir les efforts du Gouvernement dans la lutte contre cette pandémie », a déclaré le Minsanté, lors d’un point de presse ce 30 mars à Yaoundé.

La création de ce fonds intervient au moment où le Cameroun enregistre 193 cas confirmés de Covid-19. La ville de Limbe située dans la région anglophone du Sud-Ouest fait désormais partie des foyers de la pandémie avec un cas testé positif.

Pour l’instant, la capitale du pays, qui concentre actuellement 148 cas, reste le plus grand foyer. Il devance Douala, chef-lieu de la région du Littoral qui compte désormais 40 personnes testées positives, contre 4 personnes à Bafoussam dans la région de l’Ouest.

« Une dizaine de patients est guérie, tandis que le nombre de décès est malheureusement de six. L’on déplore, cependant, des recours tardifs aux soins chez la majorité et une tendance à la dissimulation des informations indispensables à la prise en charge effective », a indiqué Manaouda Malachie. En effet, cinq des six décès dus au Covid-19 au Cameroun n’ont pas pu être suivis dans des centres dédiés selon le gouvernement.

Pour le gouvernement, la « menace qui gagne chaque jour du terrain » est favorisée par « l’irresponsabilité de certains de nos concitoyens qui, à travers des passe-droits, violent le dispositif de la quarantaine, ou encore dissimulent dans la communauté des personnes soit à risque, soit clairement malades ». « En agissant de la sorte, ils mettent en danger la vie de nombreux innocents camerounais », a dénoncé le Minsanté.

BE

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam