Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Insécurité : plus de deux tonnes d’engins explosifs saisies à Pakete dans le nord

Insécurité : plus de deux tonnes d’engins explosifs saisies à Pakete dans le nord

Paru le lundi, 31 août 2020 09:18

Les services de sécurité ont saisi un stock d’engins explosifs dans la région du Nord. Ce coup de filet de la douane est survenu le 26 août dernier à Pakete, un village de la commune de Garoua 1er dans le département de la Bénoué. C’était dans le cadre de l’opération Halte au commerce illicite (Halcomi).

L’information est donnée par la direction générale des douanes (DGD). Sur son site officiel, l’administration douanière précise qu’il s’agit de 207 engins explosifs improvisés (EEI) pour un poids total évalué à deux tonnes et 70 kilogrammes.

En provenance du Nigeria, les colis suspects étaient dissimulés dans un véhicule à destination de Bertoua, chef-lieu de la région de l’Est, informe une source douanière. « Les deux individus qui étaient à bord de la voiture ont pris la poudre d’escampette pendant que les douaniers procédaient à la fouille du véhicule ».

« C’est la plus grosse saisie des EEI opérée au Cameroun », explique la DGD. Sur instructions du gouverneur de la Région, Jean Abate Edi'I, « les forces de défense ont testé et confirmé l’extrême dangerosité de ces explosifs », précise la douane. Les engins stockés au port de sec de Garoua ont été rétrocédés par la douane aux éléments du génie militaire de Garoua sous procès-verbal.

Multiplications d’attentats

Depuis quelque temps, le trafic des engins explosifs semble gagner du terrain le long de la frontière Cameroun-Nigeria, dans les régions septentrionales du Cameroun. Au deuxième trimestre 2020, les services douaniers y ont saisi un volume de « 300 litres de “Tchoukourdaye”, une solution utilisée dans la fabrication des Engins explosifs improvisés ».

Dans une note commisse le 24 juin 2020, le secrétaire d’État à la Défense chargé de la Gendarmerie (SED), Galax Etoga, attire l’attention des commandants des 10 légions de gendarmerie sur « les menaces d’attaques terroristes dans les grandes villes et agglomérations ».

Depuis lors, le Cameroun a enregistré plusieurs attaques occasionnées par des engins explosifs. La dernière explosion s’est produite le 20 août dernier à Bamenda, chef-lieu de la région anglophone du Nord-Ouest. Une « bombe artisanale » a explosé dans la soute d’un bus de transport interurbain en partance pour Yaoundé.

Entre juin et août 2020, la capitale camerounaise a enregistré quatre explosions d’engins de fabrication artisanale. Si ces attaques n’ont pas occasionné de pertes en vie humaine, des blessés et des dégâts matériels sont à déplorer.

Les autorités ont renforcé les mesures de sécurité dans la ville. Dans la soirée du samedi 29 août dernier, tous les véhicules en provenance de l’axe Bafoussam-Yaoundé ont été systématiquement scannés par la gendarmerie avant d’entrer dans la ville.

Baudouin Enama

Dernière modification le lundi, 31 août 2020 09:22

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.