Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Trois jeunes camerounais condamnés pour une blague sur Boko Haram

Trois jeunes camerounais condamnés pour une blague sur Boko Haram

La réponse est :
Paru le mardi, 08 novembre 2016 12:19

Il se raconte que trois jeunes camerounais ont écopé de 10 ans d’emprisonnement ferme pour avoir osé blaguer sur l’ennemi numéro 1 de l’Etat : Boko Haram.

En effet, Fumosoh Ivo, Azah Levis et Afuh Nivelle, 21 ans, ont été condamnés mercredi le 2 novembre dernier pour « Non dénonciation d’actes de terrorisme », rapporte journalducameroun.com. Lequel relaie avec précision les minutes du procès qui s’est déroulé ce mercredi-là au tribunal militaire de Yaoundé. A l’origine de l’accusation, les trois jeunes gens ont partagé un message téléphonique libellé ainsi : « Boko Haram recrute des jeunes de 14 ans et plus. Conditions de recrutement : avoir validé 4 matières et la religion au Baccalauréat. »

Une plaisanterie  que Fumosoh Ivo reçoit d’un « ami militaire » et s’empresse de l’envoyer à son tour à un lycéen dont le téléphone avait été confisqué en classe par son enseignant. C’est ce dernier qui lira ledit message et le montrera illico à la police. Les trois jeunes sont arrêtés le 13 décembre 2014 à Limbe, ville de la région du Sud-ouest. En janvier 2015, ils sont transférés à la prison centrale de Yaoundé (Kondengui) et essuieront de nombreux renvois d’audience. Et le 7 septembre, ils comparaitront initialement pour «complicité d’insurrection et non-dénonciation». Ils risquaient alors 20 ans de prison sous le couvert de la nouvelle loi antiterroriste promulguée le 23 décembre 2014 et qui réprime les « actes terroristes ». Des motifs qui ont donné lieu à une sortie de Amnesty International.

«Le manque d’indépendance et d’impartialité inhérent aux tribunaux militaires suscite également de vives préoccupations quant au respect du droit à un procès équitable», s’inquiétait sur le site voaafrique.com, Balkissa de Siddo ; directrice Afrique de l'Ouest et Centrale d'Amnesty International.

Monique Ngo Mayag

Dernière modification le mardi, 08 novembre 2016 12:21

PLUS LUS | 7 JOURS
1 MOIS
6 MOIS

Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants