Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Le nom Nanga-Boko, désignant les enfants de la rue, vient-il vraiment de la ville Nanga-Eboko ?

Le nom Nanga-Boko, désignant les enfants de la rue, vient-il vraiment de la ville Nanga-Eboko ?

La réponse est :
Paru le jeudi, 12 octobre 2017 11:29

Il se dit que cette appellation, au demeurant péjorative, est empruntée à celle d’une commune bien connue. Vrai ?

Au Cameroun, les enfants de la rue ou sans abris sont communément appelés «Nanga-boko» ou «Nanga». Et le sens commun a tôt fait d’associer cette appellation à celle de la ville Nanga-Eboko, chef-lieu du département de la Haute-Sanaga, dans la région du Centre (abritant Yaoundé).

Que non ! En fait, Nanga-Boko vient de la langue Duala et de la ville de Douala. «En langue Duala, Nang’eboko  signifie : dormir dehors. On dira par exemple d’un homme qui découche tout le temps qu’il est nang’eboko», explique Esther, de l’ethnie Duala. Les villes de Douala et Yaoundé sont par ailleurs les fiefs de ces enfants qui errent et agressent aussi.

Chef guerrier

Des travaux de recherche de la française Marie Morelle sur le phénomène des enfants de la rue au Cameroun édifient aussi sur le sujet. Dans un exposé intitulé « la rue, un espace à négocier. Yaoundé (Cameroun) et Antananarivo (Madagascar) », elle écrit que «cette expression (Nanga-boko) était tirée de la phrase a nanga o boko, soit  il a dormi dehors. O boko en langue douala, situe «le dehors» et provient du mot éboko qui signifie le dehors / la cour / l’extérieur; et nanga, dormir. Nanga boko résume donc parfaitement la situation des enfants qui vivent en permanence dans la rue, y compris à la nuit tombée».

Quant à la ville Nanga Eboko, elle tire sa dénomination d’un chef guerrier du même nom. 

Monique Ngo Mayag

Dernière modification le jeudi, 12 octobre 2017 11:33

Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants