Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Il parait que cette année, l’histoire de Douala Manga Bell sera étudié obligatoirement en classe de terminale au Cameroun.

Il parait que cette année, l’histoire de Douala Manga Bell sera étudié obligatoirement en classe de terminale au Cameroun.

La réponse est :
Paru le vendredi, 25 août 2017 06:49

Il se dit que l’histoire d’un nationaliste Camerounais sera enfin enseignée dans le cycle secondaire.

Il y a deux jours, un tweet se réjouissait de l’introduction obligatoire de l’histoire de Douala Manga Bell dans les enseignements des classes de terminale au Cameroun. Cette publication se verra par la suite largement diffusée et même reprise par certains. Cette affirmation est vraie. C’est notamment ce que révèle un communiqué signé du ministre de l’enseignement supérieure et daté du 22 Août 2017.  Selon ce communiqué, conformément au texte (N°01/17) du 15 juin 2017 portant  publication officielle des manuels scolaires pour l’année 2017/2018, dans l’enseignement général, l’ouvrage Ngum a Jemea ou la foi inébranlable de Rudolf Douala Manga Bell de David Mbanga Eyombwan sera inséré parmi les ouvrages de littérature française du sous-système francophone, dans les classes de terminale de l’enseignement secondaire général.

Préalablement écrit en langue duala en 1979 par David Mbanga Eyombwan, puis traduit en français en 1983 par Ebénézer Njoh Mouelle, Ngum a Jemea ou la foi inébranlable de Rudolf Douala Manga Bell est une pièce de théâtre de 97 pages, relatant le martyr de Rudolph Douala-Manga Bell. Cette œuvre est d’abord publiée en 1992 aux éditions  Jeméa, puis reéditée en 2007 par les Presses de l’Université Catholique d’Afrique centrale. Ngum a Jemea, c’est  l’histoire d’un fils de roi qui devient roi à son tour et qui règne paisiblement sur les siens jusqu’à ce qu’il s’oppose aux desseins allemands de partition de la ville de Douala. Accusé de haute trahison et de conspiration envers les autorités du Reichstag, il est jeté en prison, puis exécuté par pendaison le 08 août 1914.

Cette œuvre de David Mbanga Eyombwan est mise en scène en 2005, par David Noundji et Louise Bélinga Endzié, deux membres de la Compagnie Bena Zingui et la pièce de théâtre sera présentée au Centre Culturel Français de Yaoundé, lors de l’ouverture de la 14è édition des Rencontres théâtrales internationales du Cameroun (Retic).

Dernière modification le vendredi, 25 août 2017 06:56

PLUS LUS | 7 JOURS
1 MOIS
6 MOIS

Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants