Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Il se murmure que le personnel du CHU de Yaoundé accuserait des arriérés de salaire

Il se murmure que le personnel du CHU de Yaoundé accuserait des arriérés de salaire

La réponse est :
Paru le mardi, 14 février 2017 05:33

Selon certaines sources, il était prévu un débrayage dans cette formation hospitalière ce 13 février 2017.

Sous cape, une information a circulé dans la journée du 10 février à propos d’une grève au Centre hospitalier et universitaire (CHU) à Yaoundé qui devait être lancé le 13 février 2017. En recoupant, il s’avère effectivement qu’une grève couvait dans cette formation sanitaire depuis plusieurs mois. Et qu’un mot d’ordre d’arrêt de travail a été introduit par les délégués du personnel auprès de la direction général du CHU.

Contacté, la direction générale explique qu’une concertation s’est tenue au ministère du Travail le 10 février 2017, au cours de laquelle les problèmes qui ont été posés ont fait l’objet d’un examen « minutieux ».

Le ministère des Finances et de la Santé publique ont été saisis pour la subvention spéciale du paiement des arriérés de salaires et la remise à niveau de la subvention trimestrielle qui paie les salaires du personnel du CHU. « Sur ce point et suite à la démarche instantanée entamée par le ministre de la Santé publique [André Mama Fouda], le ministre des Finances [Alamine Ousmane Mey] s’est engagé à procéder au déblocage effectif de ladite subvention dès le lundi 13 février », indique la direction générale du CHU.

Au terme de la concertation du 10 février 2017, il a été également décidé la levée d’ordre du mot d’arrêt de travail annoncé pour le lundi 13 février et la poursuite normale du service public hospitalier. Les autorités du CHU ont pris l’engagement de poursuivre le dialogue social dans l’optique d’examiner les préoccupations posées par les délégués du personnel et de formuler des solutions pérennes sur le court, le moyen et le long terme.

Le personnel révèle qu’il réclame des arriérés de salaires datant du mois de juin 2016. Sans oublier des primes impayées qui s’élevaient à fin 2016, à une trentaine de millions de FCFA.

Sylvain Andzongo

Dernière modification le mardi, 14 février 2017 05:46

PLUS LUS | 7 JOURS
1 MOIS
6 MOIS

Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants