Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Non, ni les bureaux, ni les salles de classe n’ont brûlé au Lycée général Leclerc à Yaoundé

Non, ni les bureaux, ni les salles de classe n’ont brûlé au Lycée général Leclerc à Yaoundé

Paru le mercredi, 05 février 2020 10:20

Sur les réseaux sociaux, certains affirment que l’incendie de lundi soir a ravagé une partie, voire la totalité de cet établissement scolaire. Vraiment ?

Une vidéo sur les réseaux sociaux montre l’incendie survenu ans la soirée du lundi 3 février 2020 au Lycée général Leclerc, à Yaoundé. Dans les commentaires, certains affirment que les flammes ont entièrement ravagé cet établissement scolaire. «Breaking News : A l’heure actuelle, un joli grand feu sur le Lycée Leclerc à Yaoundé. Tout brûle ! J’espère qu’après sa reconstruction, on l’a dénommera enfin : lycée Um Nyobe (du nom du nationaliste camerounais assassiné le 13 septembre 1958, Ndlr)», écrit un internaute sur Facebook. D’autres parlent de salles de classe et/ou de bureaux de l’administration partis en fumée.

126714 sbbc

 

En réalité, ce sont trois boutiques de la cantine située dans la cour arrière du lycée qui ont brûlé. Les bâtiments principaux, qui abritent les bureaux et les salles de classe, n’ont pas été touchés par les flammes. Un tour dans ce lycée permet de s’en rendre compte.

126714 sbbc1

 

Selon le proviseur, André Fouda, tout serait parti d’une bouteille de gaz restée ouverte à la cantine, «du fait de la négligence d’un vendeur qui aurait laissé le feu dans son box». N’eût été la prompte intervention des sapeurs-pompiers qui ont rapidement maîtrisé l’incendie, le feu aurait pu se propager au reste des bâtiments. «Il y a eu plus de peur que de mal», assure le proviseur. Pour rappel, le Lycée général Leclerc est le plus vieux lycée du Cameroun. Le président Paul Biya y a notamment fait ses classes.

P.N.N

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes