Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Programmation : les priorités de l’action de l’Etat de 2021 à 2023

Programmation : les priorités de l’action de l’Etat de 2021 à 2023

Paru le mardi, 07 juillet 2020 13:12

En prélude au débat d’orientation budgétaire en cous au Parlement, le Premier ministre (PM), Joseph Dion Ngute (photo), a présidé, le 2 juillet 2020 dans ses services à Yaoundé, un conseil de cabinet spécial consacré à l’examen du programme économique et budgétaire de l’Etat pour la période 2021-2023.

Dans son exposé, le ministre des Finances (Minfi), Louis Paul Motaze, a précisé que ce document a été élaboré dans un contexte particulier, marqué par la crise sanitaire provoquée par le coronavirus, qui a entrainé « une contraction significative de l’activité économique ».

Pas de surprise donc que l’action publique, au cours de la période sus-évoquée, accorde la priorité à la maîtrise de la situation sanitaire. Elle sera orientée en vue d’atténuer les impacts de la pandémie de Covid-19. Dans le même temps, il s’agira de mettre en œuvre de manière progressive la couverture santé universelle.

Reconstruction du NoSo

Sur le plan politique, le gouvernement devra s’atteler à poursuivre la mise en œuvre des recommandations du Grand dialogue national. Ces assises ont été organisées du 27 septembre au 4 octobre 2019 à Yaoundé dans l’optique de résoudre notamment la crise sociopolitique qui secoue les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest (NoSo) depuis 2016.

Parmi ces recommandations, figure en bonne place la reconstruction de ces deux régions dont le lancement est annoncé pour les prochains mois. L’action publique accordera aussi la priorité à l’accélération du processus de décentralisation, autre recommandation du Grand dialogue national qui octroie un statut particulier au Nord-Ouest et au Sud-Ouest.

La finalisation des grands projets de première génération s’inscrit aussi au cœur de l’action de l’Etat entre 2021 et 2023. Il s’agit particulièrement des infrastructures dédiées à l’organisation du CHAN 2021 et de la CAN 2022 ou des projets prévus par le Plan d’urgence triennal pour la croissance économique. Il devra par ailleurs mettre plus d’accent sur l’accroissement de l’offre locale en produits de consommation de masse et en intrants destinés aux agro-industries.

Réduction des dépenses courantes

L’exposé du Minfi a ouvert la voie à un débat à l’issue duquel le PM a prescrit au Minfi d’affiner les orientations budgétaires en privilégiant « l’ingénierie du partenariat ». « Le chef du gouvernement a également instruit le ministre des Finances et le ministre de l’Economie de constituer des provisions budgétaires pour l’achèvement des projets structurants en cours », note le communiqué publié par le secrétaire général des services du Premier ministre, Séraphin Magloire Fouda.

Ledit communique précise que ces provisions seront constituées grâce aux économies réalisées sur les dépenses de consommation courante (carburant, acquisition des véhicules de fonction et frais de mission). En somme, Joseph Dion Ngute invite à une réduction considérable de ces dépenses.

Dominique Mbassi

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam