Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Oui, il est désormais possible de dénoncer les agents publics totalement ou partiellement absents

Oui, il est désormais possible de dénoncer les agents publics totalement ou partiellement absents

Paru le jeudi, 19 avril 2018 15:40

L’annonce a été faite la matinée du 19 avril 2018 via la page Facebook crée à cet effet.

Depuis quelques jours il est annoncé pour ce mois d’avril au Cameroun le début d’une opération de comptage physique engagée par l’Etat visant à diminuer sa dépense salariale.

Baptisée COPPE 2018, cette opération consiste à identifier et expurger du fichier solde de l’Etat tous les agents publics qui y émargent de façon irrégulière. 

12784 sbbc1

 

C’est notamment dans le cadre de cette opération que le Ministère des finances a rendu publiques via une page Facebook dénommée COPPE 2018, créée à cet effet, des adresses par lesquelles il est possible de dénoncer ces agents de l’Etat qui  sont irrégulièrement absents de leurs postes de travail ; qui travaillent parallèlement dans un organisme, une entreprise publique, parapublique, privée ou internationale ; ou encore qui se sont expatriés.

La démarche consiste à remplir un formulaire de dénonciation et à le transmettre via le réseau social whatsapp au numéro (+237) 663 17 01 04. A envoyer un sms aux numéros  (+237) 242 94 24 13 et (237) 663 17 01 04.

12784 sbbc

 

Il est également possible d’envoyer les formulaires remplis par mail l’adresse Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou sur la page Facebook créée à cet effet. Les formulaires de dénonciation sont disponibles sur la page facebook COPPE 2018 ou sur  le site web du ministère des finances : www.minfi.gov.cm .

Selon un communiqué du Ministre des finances camerounais, Louis Paul Motaze, cette opération s’étendra d’avril à juin 2018.

Dernière modification le jeudi, 19 avril 2018 15:55

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes