Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Non, il n’y a pas de nouvelles restrictions pour sortir de Bamenda

Non, il n’y a pas de nouvelles restrictions pour sortir de Bamenda

La réponse est :
Paru le mercredi, 19 septembre 2018 13:56

Un communiqué circulant depuis mardi mentionne que les raisons du déplacement sont exigées à ceux qui quittent la région du Nord-Ouest. Vrai ?

Le délégué des Transports pour la région du Nord-ouest vient de publier un démenti sur les supposées informations personnelles exigées aux voyageurs qui quittent sa zone de compétence. En effet, ce mardi 18 septembre, l’opinion publique apprenait qu’il y a de nouvelles restrictions pour sortir de la ville de Bamenda ou la région du Nord-ouest en général.

Dans un communiqué qui a circulé, on lit qu’il faut dorénavant donner les raisons de son voyage, indiquer le nom et le contact de la personne qui vous héberge à destination. Tout cela en plus de la traditionnelle présentation de la carte nationale d’identité. Dans un autre communiqué, Monsieur le délégué Gilbert Ngong écrit que le premier communiqué est « est un Fake News et est infondé ». Il le confirmera au téléphone à un confrère. Mais d’après une source à Buea, ce démenti s’assimilerait plutôt à un rétropédalage de la part du délégué.

21386 sbbco1

 

Echo

« Le communiqué de mardi entrait en droite ligne avec des mesures données verbalement par la gouverneur du Sud-Ouest aux chefs d’agence. Pour réduire au maximum les sorties de la ville de Buea, les autorités ont exhorté les chefs d’agence à obtenir les raisons de sortie de leurs passagers. A mon avis, le premier communiqué n’a pas eu un écho favorable, ce qui a obligé le délégué des Transports pour le Nord-Ouest à faire un démenti », croit savoir notre source. Et à l’observation, le cachet et la signature des deux notes sont similaires. Les numéros des deux correspondances (70 pour le démenti et 426 pour l’autre) diffèrent néanmoins. 

21386 sbbco

 

Cela dit, la situation reste tendue dans la région du Nord-Ouest comme dans le Sud-Ouest. Leurs résidents arrivent par vagues dans la capitale et d’autres villes du pays, pour échapper aux tensions sociopolitiques qui y ont cours.

Monique Ngo Mayag

STOPBLABLACAM TV


Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants