Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Pénétrante-est de Douala : des travaux d’urgence en attendant la réhabilitation qui piétine

Pénétrante-est de Douala : des travaux d’urgence en attendant la réhabilitation qui piétine

Paru le vendredi, 23 octobre 2020 15:18

Au terme d’une réunion d’évaluation tenue le 22 octobre 2020, le ministre des Travaux publics (Mintp), Emmanuel Nganou Djoumessi, a sommé les entreprises de livrer les travaux d’urgence de l’aménagement de la pénétrante-est de Douala au plus tard le 15 décembre prochain.

La pression exercée sur les entreprises tient au fait que ce boulevard dessert le stade de Japoma, qui doit accueillir les matches du Championnat d’Afrique des nations (CHAN) que le Cameroun abrite dès janvier 2021.

Les travaux d’urgence, qui ont cours sur ce boulevard urbain de 54 km, visent à faciliter et fluidifier le trafic. Ils consistent à l’élargissement de la chaussée, l’aménagement des carrefours et des accès au stade de Japoma, l’entretien continu des voies de contournement. Ils sont rendus nécessaires parce que la phase 2 de la réhabilitation de la pénétrante-est de Douala piétine.

D’abord confié à l’entreprise chinoise WIETC/CRCC14, puis au Canadien Magil, ce projet prévoit notamment l’élargissement de la chaussée (2x1 voies à 3x2 voies) du PK10+400 au PK19+300 ; la construction de quatre giratoires (carrefour ARI, hôpital gynéco, Yassa et Japoma) ; la construction des ouvrages d’art et d’assainissement, dont un échangeur au Carrefour Yassa et un autre à l’entrée du stade de Japoma.

Les problèmes financiers sont à l’origine du blocage. Selon le ministère des Travaux publics, l’absence de ressources est le fait de la non-signature de la Convention de financement. D’un coût de près de 50 milliards de FCFA, les travaux, d’une durée de 18 mois, devraient être entièrement financés par la Standard Chartered Bank (SCB) de Londres. Mais la convention de financement est toujours en négociation.

On ignore pour l’instant comment sont financés ces travaux d’urgence. Lors d’une concertation organisée le 8 octobre 2020, le contractant et son sous-traitant Razel, qui disent avoir déjà investi plus de 4,5 milliards de FCFA sur fonds propres, se sont montrés réticents à continuer de mettre la main dans la poche.

D. M.

Dernière modification le vendredi, 23 octobre 2020 16:39

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes