Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
En plein Covid-19, un cadeau de 4 milliards de FCFA aux députés passe mal

En plein Covid-19, un cadeau de 4 milliards de FCFA aux députés passe mal

Paru le jeudi, 28 mai 2020 03:51

Le ministre des Finances, Louis Paul Motaze, a signé depuis le 12 mai dernier, une décision portant déblocage de la somme de 4,19 milliards de FCFA, au profit de dame Yolande Achemetaye Mendouga, agent comptable à l’Assemblée nationale.

Cette dotation autorisée par le ministre des Finances représente les primes accordées aux députés nouvellement élus, pour l’achat des véhicules de fonction et d’équipements divers. La somme, explique Louis Paul Motaze, sera imputée sur la ligne du budget de la République du Cameroun au titre de l’exercice 2020, au chapitre des « dépenses communes ».

Seulement, le déblocage de cette dotation crée un débat. Car, certains estiment qu’en pleine crise sanitaire du coronavirus, le trésor public peut faire l’économie d’une telle dépense bien que prévue par la loi de finances. Au point où, le député Nourane Foster a déclaré le 25 mai : « la dotation de véhicule que je recevrai sera orientée dans cette initiative [dénommée Solidarité Covid-19] afin d’apporter plus de réconfort aux populations victimes de cette pandémie. Vous le savez, j’ai deux voitures et pas des moindres ; donc ce serait inutile d’en acheter en ce qui me concerne ».

 « La question est plutôt : un député mérite-t-il que la nation lui achète un véhicule de fonction ? Oui. Quand on lui a acheté sa voiture, cela empêche-t-il qu’on achète des masques et des kits de test du Covid-19 ? Non », indique-t-on à l’Assemblée nationale.

Pour le politiste Barnabé Ebang, le problème se trouve ailleurs : « Avant 2008, tous les députés recevaient des crédits automobiles. Sauf que, les membres du bureau de l’Assemblée nationale (président, vice-président, questeurs, secrétaires) recevaient une dotation à part non remboursable. Par exemple, le président de l’Assemblée nationale avait 50 millions de FCFA, le 1er vice-président, 40 millions, etc. Les autres élus ont fait fuiter la discrimination dans les journaux et provoqué un débat. Pour les calmer, on a décidé que leur dotation est désormais non remboursable ».

Au ministère des Finances, la dépense est maintenue, car explique une source autorisée, il s’agit d’un acte légal.

Sylvain Andzongo

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam