Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Couverture santé universelle : le gouvernement recrute un partenaire pour mener une étude sur la soutenabilité du projet

Couverture santé universelle : le gouvernement recrute un partenaire pour mener une étude sur la soutenabilité du projet

Paru le jeudi, 23 septembre 2021 10:05

Le ministère de la Santé publique (Minsanté) a, depuis le 14 septembre 2021, lancé la procédure de sélection d’un cabinet devant mener pendant 3 mois une étude actuariale sur la Couverture santé universelle (CSU). Celle-ci devra faire l’équilibre financier de la CSU afin d’en connaître les coûts futurs à long terme (projection sur 10 ans) et de définir les conditions de sa viabilité financière.

En vue d’un bon suivi de l’évolution financière du système de CSU, de manière spécifique l’étude devra identifier les sources de financement en tenant compte de toutes les solutions possibles, dont les prélèvements sur les salaires (privé formel et public), les contributions sociales du secteur informel et par l’impôt (subventions).

Elle devra aussi procéder à l’analyse du panier de soins et services de santé en se basant sur la nomenclature médicale en vigueur et sur le plafonnement éventuel des prises en charge des soins et services de santé et des modalités de prise en charge de ces derniers, tout en incluant les objectifs prioritaires de santé publique et la maîtrise des coûts y relatifs.

En plus de faire des projections sur 10 ans des ressources, le prestataire retenu vérifiera la cohérence du coût du système de gestion de la CSU traitant notamment des questions de système d’information, de recouvrement des contributions sociales, d’immatriculation des bénéficiaires et du contrôle médical et les recettes projetées.

La CSU vise à offrir des soins et services de santé de qualité, de promouvoir l’équité dans la distribution des services et la protection contre le risque financier en santé.

D.M.

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes