Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Chefferies traditionnelles : Atanga Nji siffle la fin des vacances dans le Littoral

Chefferies traditionnelles : Atanga Nji siffle la fin des vacances dans le Littoral

Paru le vendredi, 24 juillet 2020 15:52

Dans un message-fax signé le 21 juillet, le ministre de l’Administration territoriale (Minat), Paul Atanga Nji (photo), demande au gouverneur de la région du Littoral, à Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, de lui « faire parvenir la liste des chefferies et chefs traditionnels » de sa « circonscription administrative ».

Le patron de la territoriale instruit par ailleurs au gouverneur de signaler les cas de vacance et de contestation dans les chefferies de 2e et 3e degrés. La démarche, selon le Minat, vise à combler les vides constatés « dans la perspective de la mise en place des conseils régionaux ».

Pour le cas spécifique du département du Wouri, Paul Atanga Nji ajoute qu’il a « instruit le préfet de créer dans Bonasama, arrondissement de Douala IV, trois chefferies traditionnelles de 3e degré ci-après, Beseke, Mambanda et Nkomba ». Toutes ces nouvelles chefferies, insiste-t-il, sont « situées dans le périmètre du village Bonasama ».

Le Minat n’a certes pas donné un délai pour l’exécution de son message portant la mention « très urgent », mais il informe que « dans la même veine, les préfets des autres unités administratives devront pourvoir rapidement aux vacances et régler les litiges relatifs aux contestations soulevées ».

Régionales éminentes ?

Dans les réseaux sociaux, ce déploiement orchestré par le Minat est perçu comme un signe prémonitoire d’une organisation éminente des élections régionales prévues cette année. Surtout que les chefs traditionnels font partie du collège électoral. En effet, le conseil régional, institué par la loi du 18 janvier 1996 portant révision de la Constitution du 2 juin 1972, est encadré par la loi N° 2006/004 du 14 juillet 2006 fixant le mode d’élection des conseillers régionaux et le Code électoral promulgué en avril 2012.

Ces textes précisent que les conseillers régionaux, élus pour un mandat de cinq ans et rééligibles, sont d’une part les « délégués des départements élus au suffrage universel indirect », et d’autre part « les représentants du commandement traditionnel élus par leurs pairs ».

Si les délégués des départements sont issus d’un collège électoral composé des conseillers municipaux, les gardiens de la tradition sont élus par un collège électoral constitué des chefs traditionnels de 1er, 2e et 3e degrés autochtones dont la désignation a été homologuée, conformément à la réglementation en vigueur.

BE

Dernière modification le vendredi, 24 juillet 2020 15:55

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.