Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Dans la tradition bassa’a, la femme devait obtenir l’autorisation de son époux avant de couper ses cheveux

Dans la tradition bassa’a, la femme devait obtenir l’autorisation de son époux avant de couper ses cheveux

La réponse est :
Paru le vendredi, 08 décembre 2017 12:42

On dit que chez les bassa’a, les femmes ne disposaient pas librement de leurs cheveux. Les hommes décidaient de leur coiffure.

Actuellement, une femme mariée peut décider du jour au lendemain de faire sa boule à zéro façon Manu Dibango ; au calme, sans l’avis de son mari. Elle peut même décider de mettre une touche de couleur à sa chevelure si l’envie lui prend. Mais avant, les choses se passaient autrement. « En effet, chez nous les bassa’a, la femme devait obtenir l’autorisation de son mari avant de se tailler les cheveux», confie Mme Veuve Monique Ngomb ; 73 ans.

De fait, c’est à la mort de son époux qu’une femme pouvait se permettre de couper ses cheveux à ras. Elle devait garder ses cheveux et toujours bien les coiffer pour plaire à son époux.

Il y en a qui ont gardé ces prescriptions d’antan. « Si ma compagne-nous ne sommes pas encore officiellement mariés- se coupe les cheveux sans mon accord, elle devra me présenter un coq et un régime de plantains pour implorer mon pardon par la suite », argue O. Matip, de la quarantaine. Sa compagne était à côté lorsqu’il le disait ; sans rire. 

M.N.M.

STOPBLABLACAM TV


PLUS LUS | 7 JOURS
1 MOIS
6 MOIS

Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants