Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Corridor Douala-Ndjamena : le Cameroun et le Tchad se concertent pour mettre fin aux tracasseries

Corridor Douala-Ndjamena : le Cameroun et le Tchad se concertent pour mettre fin aux tracasseries

Paru le jeudi, 28 octobre 2021 07:46

Les tracasseries le long du corridor Douala (capitale économique du Cameroun) -Ndjamena (capitale du Tchad) ont meublé la concertation entre le ministre camerounais des Transports, Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehe, et la ministre tchadienne des Transports et de la Sécurité routière, Fatima Goukouni Weddeye, le 21 octobre 2021. 

Ces tracasseries, s’offusque la partie tchadienne, s’observent lors du dédouanement des marchandises au port de Douala. Elles sont aussi liées à la violation des engagements en matière de transport par le Cameroun au détriment du Tchad ou et l’insécurité régnant par endroits le long de ce trajet de plus de 1000 Km entre les deux pays.

Pourtant, « il s’agit d’un secteur stratégique pour les deux pays. Nous devons élargir nos visions et notre partenariat, et par voie de conséquence résoudre tous les dysfonctionnements qui prennent de l’ampleur dans nos États respectifs », note Fatima Goukouni Weddeye.

Persistance des barrières anarchiques

Elle s’insurge contre la persistance des « barrières administratives anarchiques et anormales » le long du corridor. Toute chose qui constitue « une préoccupation majeure pour le président du Conseil militaire du Tchad personnellement descendu sur le terrain », insiste la ministre des Transports et de la Sécurité routière.

Pour témoigner de l’importance de la question, la concertation a été élargie aux représentants des ministères des Relations extérieures et des Travaux publics, des douanes, des organismes de gestion du fret terrestre et des forces de l’ordre des deux pays et du Port autonome de Douala en vue d’un renforcement de la coopération bilatérale. 

« Cette mission d’échanges est un signal fort dans la recherche des solutions aux doléances des transporteurs de nos deux pays. Les recommandations qui en seront issues recevront l’attention particulière de nos gouvernements en concertation avec les parties prenantes », promet Jean Ernest Massena Ngallè Bibehe.

Résolutions

Parmi les résolutions prises, figurent la poursuite des diligences en vue d’une relecture dans un proche avenir de la convention du 13 avril 1999 relatif au transport routier entre les deux pays, l’officialisation du corridor Kribi-Ndjamena en  attendant de le rendre conventionnel ou l’accélération la procédure de relecture du code communautaire de la route en zone Cemac.

Autres résolutions, la promotion de l’usage du GPS par les transporteurs, la finalisation du processus d’interconnexion des systèmes informatiques des douanes des deux pays, la mise sur pied effective d’une structure d’observation de la sécurité routière au Cameroun.

La concertation entre le Bureau de gestion du fret terrestre (BGFT) camerounais et le Bureau national du fret tchadien (BNFT) dans le cadre de la procédure de délivrance de la lettre de voiture internationale et le partage équitable du fret apparaissent comme une nécessité. Et pour mieux traquer les tracasseries, le Cameroun et le Tchad ont décidé de vulgariser davantage leurs différents numéros verts.

D.M.

Dernière modification le jeudi, 28 octobre 2021 07:48

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes