Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Yaoundé : le taux d’inflation s’établit à 2 % en 2020, contre 2,4 % en 2019

Yaoundé : le taux d’inflation s’établit à 2 % en 2020, contre 2,4 % en 2019

Paru le jeudi, 04 février 2021 17:55

Selon une note que vient de publier l’Institut national de la statistique (INS), en 2020, le taux d’inflation est de 2,0 % à Yaoundé, après +2,4 % en 2019, +1,1 % en 2018 et +0,8 % en 2017.

Ce taux d’inflation, indique l’INS, est dû aux prix des transports (+1,5 % après +0,2 % en 2019), des loisirs et culture (+1,8 % après +1,6 % en 2019) et dans une moindre mesure des biens et services divers (+1,0 % après +0,9 % en 2019) qui ont davantage progressé.

Par contre, les prix du « logement, eau, gaz, électricité et autres combustibles » ont reculé de 0,5 % après avoir progressé de 1,6 % en 2019. Quant aux autres fonctions de consommation, notamment les produits alimentaires (+4,6 % après +4,7 % en 2019), leurs prix ont augmenté en 2020 à un rythme moins soutenu que l’année précédente.

Avec un taux d’inflation à 2 % en 2020, Yaoundé la capitale du Cameroun, fait preuve de résilience et a pu respecter la norme communautaire Cemac qui prescrit un taux d’inflation à 3 % annuellement.

Pourtant, la crise sanitaire du coronavirus survenue au cours de la période sous revue a fait craindre des effets pervers sur le coût des denrées alimentaires. Car, du fait du désinvestissement des producteurs, des produits (fruits, légumes, tubercules) commençaient à se faire rares et les spéculateurs en ont profité pour faire grimper les prix des denrées.

En outre, l’année 2020 a connu le phénomène « d’achats -paniques » suite à la première série de mesures restrictives dans le cadre de la riposte contre le Covid-19. Certaines mesures comme la fermeture des frontières nationales ont pu engendrer des retards dans la chaîne d’approvisionnement de certaines marchandises et provoquer des pénuries avec pour corollaire la flambée des prix.

Mais la situation a été finalement maîtrisée, selon l’INS, grâce aux mesures de soutien budgétaires déployées. Ainsi, l’offre locale en biens et services a pu se rétablir dans la capitale camerounaise.

S.A.

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.