Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Après 24 ans d’attente, les élections régionales convoquées pour le 6 décembre prochain

Après 24 ans d’attente, les élections régionales convoquées pour le 6 décembre prochain

Paru le lundi, 07 septembre 2020 19:00

Les élections des conseillers régionaux se tiendront le 6 décembre 2020 au Cameroun. Le décret portant convocation des collèges électoraux a été signé ce lundi 7 septembre 2020 par le président de la République, Paul Biya.

L’article deux du texte présidentiel précise que « les bureaux de vote seront ouverts de 08 heures à 18 heures ». Cet autre texte présidentiel intervient cinq jours après la signature du décret fixant le nombre de conseillers régionaux par département et par catégorie.

Après une attende de 24 ans, ces élections permettront de mettre sur pied les premiers conseils régionaux au Cameroun. Selon la loi, les conseillers régionaux sont élus par les conseillers municipaux et les chefs traditionnels, et participent à la gestion des affaires régionales. De l’avis de plusieurs observateurs, l’entrée en scène de ces institutions prévues dans la constitution de 1996 aura pour principal avantage de catalyser le processus de décentralisation dans le pays.

Sur le départ

Certains partis politiques sont dans les startingblocks depuis quelque temps. C’est le cas du parti au pouvoir, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), de l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (UNDP) de Bello Boubva Maïgari de l’Alliance nationale pour la démocratie et le progrès (ANDP).

Dans la jeune garde, on retrouve notamment le Parti camerounais pour la réconciliation nationale (PCRN). Selon le député Ngo Issi Rolande, la base du PCRN est déjà mobilisée. « Nous avons commencé par mettre une équipe sur pieds pour organiser les primaires internes au fait de choisir les meilleurs profils et une liste de pièces a été rendue publique pour les potentiels candidats à la candidature », a-t-elle déclaré au micro de nos confrères de la chaine publique CRTV.

Le Bloc pour la reconstruction et l’indépendance économique du Cameroun (Bric) est également sur la ligne de départ. Le parti d’Ernest Tchoffo Pekeuho va compétir dans 11 départements. « Les listes seront disponibles dans une semaine, on est en train de mobiliser les fonds pour les cautions. Nous avons tenu une réunion le week-end dernier à Mbouda et les responsables des départements concernés sont déjà au travail » informe-t-il.

Contestations

D’autres mouvements politiques se montrent critiques vis-à-vis de la tenue des élections. Dans une déclaration faite le 2 septembre dernier par John Fru Ndi, le chairman du Social Democratic Front (SDF) s’est opposé à la tenue des régionales dans un contexte marqué par la crise anglophone.

De son avis, les préalables nécessaires à la tenue d’un scrutin crédible et équitable ne sont pas encore réunis. Il évoque le fait que « des recours électoraux issus des [récentes] élections municipales » sont encore en suspens à la Chambre administrative de la Cour suprême, alors que l’électorat des régionales est composé de conseillers municipaux et de chefs traditionnels.

Pour le SDF qui opte pour la non-participation (à l’état actuel), ces élections vont « exacerber la crise de légitimité que subissent nos institutions ». Une posture proche de celle du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) dont le leader, Maurice Kamto a annoncé l’organisation d’un soulèvement populaire si le chef de l’État convoque les corps électoraux sans une refonte du système électoral et une résolution de la crise anglophone.

BE

Dernière modification le lundi, 07 septembre 2020 19:01

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.