Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Réfugiés : la capacité d’accueil du camp de Minawao dépassée, l’aménagement d’un deuxième site piétine

Réfugiés : la capacité d’accueil du camp de Minawao dépassée, l’aménagement d’un deuxième site piétine

Paru le mardi, 17 novembre 2020 08:48

Au 31 octobre 2020, le camp des réfugiés de Minawao à l’Extrême-Nord du Cameroun abrite 68 390 personnes, selon le dernier rapport de situation publié par le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR).

Comparativement à décembre 2019 où ce camp affichait un effectif de 61 897 réfugiés, le HCR a enregistré 6493 nouveaux arrivants recensés en 11 mois. En prenant en compte la moyenne de 30 naissances enregistrées chaque semaine à Minawao, « le nombre total a sûrement grimpé depuis le dernier pointage fait au Camp. Et les chiffres actualisés seraient près de 6600 réfugiés », estime une source du HCR.

Initialement construit pour accueillir 20 000 réfugiés, le camp de Minawao situé à 70 km de la frontière Cameroun-Nigeria est débordé depuis des années. Le site de 623 hectares ne répond plus à l’afflux des réfugiés en provenance du Nigéria, du fait des exactions de la secte Boko Haram. 7 ans après son ouverture le 2 juillet 2013, Minawao croule sous le poids de 48 390 réfugiés supplémentaires.

Pour décongestionner le camp, un deuxième site devait être octroyé au HCR depuis 2015 dans la localité de Tchéré située à une quinzaine de kilomètres de Maroua. Mais depuis cinq ans, le projet peine à se concrétiser.

Dans un précédent rapport de situation publié le 30 juin dernier, ce camp continuait de recevoir en moyenne plus de 870 nouvelles personnes par mois. « Il faut noter que cette moyenne diminue progressivement entre mars et avril avant de connaître un pic généralement entre le mois de novembre et celui de janvier », indique le document.

Les raisons de cette hausse du nombre des réfugiés se recrutent dans de nouvelles arrivées, les retours des anciens réfugiés à cause de la précarité et de l’insécurité avec les exactions de la secte terroriste Boko-Haram le long de la frontière Cameroun-Nigeria.

L’augmentation des ménages n’est pas en reste. En effet, ce camp compte 18 028 ménages au total. Soit 36 785 femmes et 31 605 hommes. Cette population comprend 62 % de mineurs (moins de 18 ans) et 54 % de femmes/filles. 34 695 sont scolarisés dans l’unique lycée construit dans le camp.

Baudouin Enama

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.