Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Plus de 10 ans après, le Cameroun redessine son visage sanitaire

Plus de 10 ans après, le Cameroun redessine son visage sanitaire

Paru le mercredi, 02 juin 2021 18:16

Le ministre de la Santé publique (Minsanté), Manaouda Malachie (photo), a signé, le 25 mai 2021, un arrêté fixant la carte sanitaire du Cameroun pour la période 2021-2025. Représentation géographique, structurelle et fonctionnelle des formations de santé réparties sur l’ensemble du territoire national par catégorie, domaine d’activité ou spécialité, la nouvelle carte actualise la précédente, vieille d’au moins 10 ans.

« Nous étions déjà en train de nous réorganiser autrement, parce que la carte sanitaire est à la base de la planification en santé », note le Minsanté. Manaouda Malachie précise que la nouvelle carte sanitaire « va complètement changer le visage sanitaire de notre pays. Cet instrument d’organisation et de structuration de notre système de santé va guider la création de nouvelles formations sanitaires, la redistribution des paquets de travail au niveau de l’ensemble du pays ».

Distance requise

Par exemple, si l’arrêté fixe une distance minimale pour les formations sanitaires publiques de même catégorie à 5 kilomètres, en revanche dans les villes de Yaoundé et de Douala, les plus importantes du pays, une distance minimale de 300 mètres est requise entre deux formations ou structures sanitaires privées.

Au sujet des récriminations sur les déserts médicaux, du manque de personnels et d’infrastructures de prise en charge en zone rurale, le Minsanté indique que l’actualisation de la carte sanitaire permettra une extension de l’offre de soins. Surtout que la loi transfère la création, la construction et la gestion de certaines formations sanitaires aux collectivités territoriales décentralisées (CTD). « La création d’une formation sanitaire publique relevant des compétences transférées aux collectivités territoriales décentralisées est constatée par un acte de l’exécutif de la CTD concernée, après avis formel du ministre de la Santé publique », précise l’arrêté.

La carte sanitaire et les paquets d’activités font l’objet d’une actualisation tous les 5 ans. Au cours des cinq dernières années, le Cameroun a investi environ 150 milliards de FCFA pour la construction et l’équipement d’infrastructures de qualité. À la livraison de ces nouvelles infrastructures, le Cameroun va largement dépasser les 4000 formations sanitaires répertoriées en 2014, soit 30 hôpitaux généraux, centraux ou de référence, 218 hôpitaux de district et près de 3800 centres de santé intégrés.

D.M.

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.