Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Recrutement à l’éducation de base : la colère des instituteurs contre le ministre Etoundi Ngoa

Recrutement à l’éducation de base : la colère des instituteurs contre le ministre Etoundi Ngoa

Paru le vendredi, 18 décembre 2020 14:12

Le Collectif des instituteurs frustrés annonce l’organisation d’un sit-in dans les locaux du ministère de l’Education de base (Minedub) à partir du 21 décembre 2020.

Un mouvement d’humeur qu’ils entendent animer jusqu’à ce que soient réparées les injustices mises en lumière par la publication, le 27 mai, de la liste de 3000 instituteurs retenus dans le cadre de la première phase du troisième programme de contractualisation des instituteurs au Minedub.

Alors que l’arrêté organisant ce recrutement exige que les candidats soient titulaires d’un Certificat d’aptitude pédagogique d’instituteur de l’enseignement maternel et primaire (Capiemp) obtenu au plus tard en 2014, les frustrés constatent que la liste ne précise pas l’année d’obtention du diplôme des récipiendaires.

La liste ne fait pas non plus mention du sexe des lauréats tout simplement, croient savoir les déçus, pour mieux entretenir le flou sur le critère de sélection de 45 % de femmes et de 55 % d’hommes comme initialement arrêté.

Le collectif note aussi que certains candidats étaient trop jeunes pour être retenus. Le cas de deux lauréats âgés de 20 ans au moment du dépôt des dossiers. « Ce qui suppose qu’ils étaient âgés de 15 ans en 2014 et sont entrés à l’Enieg soit à 14 ans pour le niveau bac, soit à 13 ans pour le niveau probatoire ou alors à 12 ans pour le Bepc », souligne-t-il.

Age limite

Or les textes fixent l’âge d’entrée dans cette école de formation des instituteurs à 17 ans au moins et à 32 ans au plus.

« Suite à ces injustices, nous nous sommes constitués en collectif d’instituteurs frustrés et avons organisé plusieurs mouvements d’humeur pacifiques afin que nous soyons restitués dans nos droits », insiste le collectif.

Il rappelle donc au Minedub, Laurent Serge Etoundi Ngoa, qu’après avoir reçu le collectif, il a notamment promis de publier la liste des dossiers rejetés et les motifs de rejet. En vain. Le membre du gouvernement a même annoncé le lancement du processus de recrutement de la seconde vague pour fin octobre.

Près de deux mois après cette annonce, aucun recrutement ne pointe à l’horizon. Et les instituteurs se disent d’autant plus frustrés que beaucoup parmi eux auront, dans quelques jours, dépassés 40 ans, l’âge limite pour être contractualisés alors qu’ils postulent pour certains depuis 12 ans.

D.M

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.