Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Le Cameroun multiplie les arrestations pour tenter de mettre un terme au trafic faunique

Le Cameroun multiplie les arrestations pour tenter de mettre un terme au trafic faunique

Paru le mercredi, 25 août 2021 07:36

Une trafiquante présumée d'espèce faunique va comparaître devant le Tribunal de première instance (TPI) de Djoum ce 31 août. La jeune femme a été arrêtée le 29 juin dernier dans cette localité de la région de l'Est pour possession illégale de mandrill. Il s'agit d'une espèce entièrement protégée par la loi faunique camerounaise de 1994. Celle-ci interdit la détention et la commercialisation du mandrill, classé parmi les animaux vulnérables et en danger dans la Liste rouge des espèces menacées de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Cette interpellation vient s'ajouter aux multiples arrestations effectuées ces derniers mois dans le pays, dans un contexte de recrudescence du trafic faunique. « Depuis le début de cette année, il y a eu un nombre important d’arrestations de trafiquants de mandrills par rapport à la même période l’année dernière. De nombreux écologistes établissent un lien entre le commerce de plus en plus fréquent du mandrill récemment et la situation de la Covid-19 », indique la Laga, un organisme chargé de l'application de la loi faunique qui assiste également le gouvernement dans le suivi de la procédure judiciaire.

« Ils affirment que la Covid-19 a entravé de nombreuses activités, y compris celles des trafiquants d’espèces sauvages », ajoute l'organisme. Le mandrill, l'éléphant et le pangolin sont parmi les espèces protégées les plus trafiquées au Cameroun. En témoignent les multiples arrestations rapportées dans la presse locale ces dernières années. La dernière relayée dans la presse est celle d'un ressortissant nigérian interpellé à Yaoundé avec 331 kg d'écailles de pangolin au cours de ce mois d'août en cours. Pour tenter d'inverser la courbe, les experts appellent les organismes d’application de la loi faunique à « accroître leurs activités » et exhortent les tribunaux à infliger des « peines appropriées » aux trafiquants.

P.N.N

Lire aussi: Yaoundé : un homme d’origine nigériane appréhendé avec 331 kg d'écailles de pangolin, une espèce protégée

● E-Arnaques


● Fact Cheking




Les plus gros consommateurs de maïs du Cameroun (2020)

InfographieIC gros consommateurs mais cameroun

 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.