Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Examens officiels 2020 : des épreuves du baccalauréat reprogrammées à cause des fuites dans les réseaux sociaux

Examens officiels 2020 : des épreuves du baccalauréat reprogrammées à cause des fuites dans les réseaux sociaux

Paru le lundi, 27 juillet 2020 12:37

Le phénomène, connu sous l’appellation « l’eau » pour désigner la fraude aux examens,  était presque tombé dans l’oubli avant de refaire surface à l’occasion des examens officiels 2020 avec la fuite de certaines épreuves du baccalauréat de l’enseignement secondaire général.

Alors que les épreuves écrites ont pris fin la veille, dans un communiqué publié le 24 juillet, la ministre des Enseignements secondaires  (Minesec), Nalova Lyonga (photo), « porte à la connaissance des candidats au baccalauréat, séries C, D et TI de la session 2020, que les épreuves de physique, de sciences de la vie et de la terre et de chimie sont reprogrammées pour le lundi 3 et le mardi 4 août 2020 ». La version anglaise dudit communiqué justifie cette reprogrammation des épreuves par une atteinte à leur intégrité.

« Le Collectif national de lutte contre la tricherie et la fraude en milieux éducatifs et au Cameroun condamne les auteurs de cet acte odieux qui visait à mettre à la vue publique des documents pédagogiques ultraconfidentiels », écrit son président, Narcisse Zibi.

Déjà, la veille du début de l’examen, la Commission nationale anticorruption (Conac) mettait en garde contre l’arnaque aux examens. « Il se développe une nouvelle forme de cybercriminalité consistant, pour les auteurs de cette pratique, à proposer aux candidats de fausses épreuves aux examens officiels », souligne dans un communiqué daté du 20 juillet le vice-président Conac, François Anoukaha. Sauf que les épreuves du baccalauréat divulguées dans les réseaux sociaux étaient authentiques.

Pour l’instant, aucune enquête officielle n’a été ouverte pour déterminer l’origine de la fuite des épreuves et si celle-ci ne concerne que le baccalauréat de l’enseignement secondaire général. La Minesec s’est contentée de « rappeler au public que les examens sont organisés pour le bien des jeunes Camerounais et que toute personne qui tenterait d’interférer dans leur déroulement sera sanctionnée ».

D.M.

Dernière modification le lundi, 27 juillet 2020 12:43

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.