Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Les Camerounais seraient-ils des feymen ?

Les Camerounais seraient-ils des feymen ?

Paru le mercredi, 01 février 2017 11:59

A l’extérieur, les hommes d’affaires Camerounais sont souvent perçus comme des virtuoses de l’arnaque financière. Est-ce fondé ?

Il y a un préjugé qui a la peau dure au Cameroun et bien au-delà. Il se dit que les Camerounais sont des arnaqueurs, des « feymen », pour coller au terme consacré. Il se dit que le regard de l’étranger est suspicieux lorsqu’il doit entamer une affaire avec un Camerounais. Une mauvaise réputation qui remonte aux années 90 avec l’avènement de la « feymania » propulsé par le Camerounais Donatien Koagne.

Il s’agit un arnaqueur de renom qui prétendait transformer de simples feuilles blanches en dollars craquants. Son tableau de chasse allait de riches particuliers jusqu’aux chefs d’Etats africains (Sassou Nguesso, Mobutu etc). Celui qui se faisait appeler « le roi du Cameroun » est décédé en 2010 dans une prison yéménite où il à été écroué à la suite d’une énième escroquerie financière.

Donatien Koagne a ainsi starisé une pratique d’enrichissement illicite qui se faisait en sourdine. Il n’en demeure pas moins que la feymania a une étiquette péjorative que ses adeptes parviennent à brouiller grâce à l’art oratoire. Fric, frime et voyages à l’étranger  sont leurs maîtres mots, lit-don dans une riche étude de Dominique Malaquais sur ce phénomène (Cf Anatomie d’une arnaque : feymen et feymania au Cameroun).

Leur terrain d’activité comprend aussi bien les agences matrimoniales de façade que des entreprises immobilières ou autre prête-nom. Aujourd’hui, le terme feyman est quelque peu enjolivé par d’autres expressions comme « homme d’affaires » ou « businessman ». Tant qu’il y aura des dupes pour se laisser berner, il y aura donc toujours des feymen au verbe convainquant.

M.N.M.

Dernière modification le mercredi, 01 février 2017 12:08

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam