Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Non, ce document n'émane pas de la présidence de la République du Cameroun

Non, ce document n'émane pas de la présidence de la République du Cameroun

La réponse est :
Paru le vendredi, 11 janvier 2019 17:05

Le secrétaire général de la présidence de la République du Cameroun, Ferdinand Ngoh Ngoh, aurait promis un poste de ministre à une dame dénommée Mbarga Marie Catherine.

Le document publié en fac-similé dans cet article est un faux. Il a été envoyé en décembre 2018 à une dame dénommée Mbarga Marie Catherine, inspecteur chargé des services fiscaux au ministère des Finances. Sous le sceau « confidentiel », le document attribué faussement au Secrétaire général de la présidence de la République du Cameroun, Ferdinand Ngoh Ngoh, est une « proposition des hautes personnalités pour la formation du gouvernement ».

28421 in SBBC 28421 Non ce document nemane pas de la presidence de la Republique du Camero SyA

Ceux ou celles qui ont fabriqué la correspondance adressée à dame Mbarga lui promettent un poste ministériel. Mais auparavant, ils sont sensés mener une investigation au niveau le plus élevé sur ses activités pour une probable nomination à cinq niveau de l’organisation gouvernementale. Il s’agit de : ministre d’Etat, ministre, ministre délégué, ministre chargé de mission et secrétaire d’Etat.

Pour bien appâter la victime, le faux document précise : « Bien vouloir envoyer dès réception de la présente correspondance par message Email votre curriculum vitae actualisé pour diligence à l’adresse électronique suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ». Heureusement pour Mme Mbarga qu’elle n’est pas tombée dans le piège de l’arnaque.

Le premier élément qui révèle la fausseté de cette correspondance est l’adresse email utilisée. La présidence la République du Cameroun utilise l’extension « prc.cm » et non « gmail.com ». Bien plus la qualité de M. Ngoh Ngoh en début de correspondance est fausse. Au lieu de « Ministre, secrétaire général de la présidence de la République », il est juste écrit « Le ministre, secrétaire général ».

En outre, des sources à la présidence confirment que c’est un faux. « Ce n’est pas de cette façon qu’on procède quand on veut nommer un ministre », explique laconiquement une source autorisée. Sans plus. Enfin, il est établi que la dame contactée n’a pas été nommée membre du gouvernement. Son nom ne figure pas dans le réaménagement gouvernemental du 4 janvier 2019.

«C’est une technique pour soutirer de l’argent aux victimes. Si on vous fait croire que vous serez nommés ministre, la suite c’est qu’on vous demande de fortes sommes d’argent lors des investigations supposées pour appuyer votre candidature à un poste», raconte une ancienne victime qui avait flairé, à son époque, le coup foireux.

S.A

Dernière modification le vendredi, 11 janvier 2019 17:08

STOPBLABLACAM TV


PLUS LUS | 7 JOURS
1 MOIS
6 MOIS

Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants