Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Oui, des stations-services au Cameroun servent des produits pétroliers contrefaits

Oui, des stations-services au Cameroun servent des produits pétroliers contrefaits

La réponse est :
Paru le jeudi, 12 septembre 2019 17:45

Il paraît que la pollution du super et du gasoil s’effectue  avec du pétrole lampant, de l’eau et des huiles.

Un incident a éclaté le 07 septembre dernier dans une station-service à Dibamba, près de Douala. Après que le ministre de l’eau et de l’énergie, Gaston Eloundou Essomba, et sa suite ont fait le plein dans ladite station, leurs voitures ont refusé de démarrer. L’expertise requise par le membre du gouvernement a alors révélé après six heures d’attente que, le carburant servi dans les véhicules ministériels était frelaté, mélangé à l’eau.

Ce qui a fait penser à certains que les pratiques de cette station-service étaient récurrentes sur d'autres sites. La réponse est oui.

Suite à cet incident, Antoine Ndodjien Bossong, directeur des produits pétroliers et du gaz au ministère de l’eau et de l’énergie, a pu confirmer que « la pollution du super et du gasoil s’effectue  avec du pétrole lampant, de l’eau et des huiles ». Pour remédier à la situation, explique cette source, des contrôles de la qualité dans les stations-service notamment pour décourager les fraudeurs. Malgré cela, précise M. Bossong, «on se rend compte que du carburant de contrebande était maintenant directement livré sur certains sites».

L’Etat a donc décidé de mettre sur pied le marquage chimique des produits pétroliers depuis 2010. Ce marquage consiste à introduire des macros molécules dans les produits pétroliers qui sont indétectables à l’œil nu et qui ne peuvent pas être repérés que par des équipements spécifiques. D’après Antoine Ndodjien Bossong, l’Etat du Cameroun perd 50 milliards de FCFA par an du fait de la fraude sur les produits pétroliers.

Sylvain Andzongo

PLUS LUS | 7 JOURS
1 MOIS
6 MOIS

Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants