Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Non, le Brésil n'a pas reconnu la République imaginaire d'Ambazonie au Cameroun

Non, le Brésil n'a pas reconnu la République imaginaire d'Ambazonie au Cameroun

Paru le mardi, 17 décembre 2019 14:28

Il paraît que le Brésil aurait demandé aux autorités camerounaises de faire pareil. Vraiment ?

Depuis quelques jours, il se répand une rumeur selon laquelle, le Brésil aurait reconnu la République imaginaire «Ambazonie » inventée par des sécessionnistes dans le Nord-Ouest et Sud-Ouest du Cameroun. Faux! Fabio Luiz Da Silva Rhormens, Président de la Chambre municipale de Barueri au Brésil, dément formellement cette rumeur.

Dans une lettre adressée le 6 décembre 2019 à Martin Mbeng, ambassadeur du Cameroun au Brésil, Fabio Luiz Da Silva Rhormens écrit : « La Chambre Municipale de Barueri par la voie d’une motion a approuvé son appui aux aspirations d’autodétermination du peuple de la région connue comme « Sud Cameroun » ou « Ambazonie » mais il est important de relever que : a- Dans l’ordonnancement juridique brésilien de même que dans le régime interne de la Chambre Municipale de Barueri le terme « Motion » signifie proposer, étudier une proposition pour résoudre une question ; b- Une Motion législative n’a aucune valeur juridique, bien qu’étant l’expression de la volonté politique des parlementaires du district municipal. »

Selon le président de la Chambre municipale, il n’est malheureusement pas possible de contrôler les dérives médiatiques et l’éventuel usage politique qui a été fait de la motion approuvée. « Dans notre pays, seul le Président de la République- Conseillé par le ministère des Relations extérieures – dispose des compétences légales pour reconnaître les nations et territoires conformément aux considérations a et b du premier point de ce document », précise-t-il.

Sylvain Andzongo

Dernière modification le mardi, 17 décembre 2019 14:34

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam