Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Oui, il existe un parti dénommé BIYA PARTY au Cameroun

Oui, il existe un parti dénommé BIYA PARTY au Cameroun

La réponse est :
Paru le mercredi, 18 juillet 2018 13:34

Il se dit que cette formation a déposé sa candidature pour l’élection présidentielle d’octobre 2018. Vrai ?

Ceux qui n’y croient pas vont devoir s’y faire. Il existe bel et bien un parti politique au Cameroun du nom de  BIYA PARTY. Même si elle ne figure pas sur cette liste en ligne des partis légalisés par le ministère de l’Administration territoriale http://www.izf.net/content/listes-des-partis-politiques-legalises-cameroun, BIYA PARTY était la neuvième formation politique à déposer à son dossier de candidature pour la présidentielle du 7 octobre prochain. C’était au siège de  Elections Cameroon à Yaoundé, ce mercredi 17 juillet.

18208 Biya

Et n’allez pas croire que le Biya Party appartient au président de la République Paul Biya. En fait, BIYA PARTY renvoie à Bilingual Yaounde Political Party. Voilà pour la version anglaise. C’est vrai qu’en version française, ça semble moins intéressant : ça donne Parti politique bilingue de Yaoundé. Son promoteur  est un personnage tout aussi énigmatique. Il s’appelle IHIMS ANE KUM, il serait originaire de la partie anglophone du pays.  Son compte Twitter  « @ane_ihims » (oui, oui, il tweete souvent) renseigne  qu’il est fonctionnaire.

Caution

On y apprend qu’il est agent d’administration depuis 2006 au Ministère en charge de l’Administration territoriale. Et depuis 2008, il travaille pour le compte du ministère en charge de la Fonction publique et la Réforme administrative (Minfopra).

Sa biographie express sur Twitter indique surtout en lettres capitales qu’il est « POLITICIAN !!!». Son discours sur les réseaux sociaux est plutôt hostile au régime en place et surtout très ambitieux.  

18208 Etoile

Maintenant, il ne reste plus qu’à attendre que le Conseil électoral valide ou pas le dossier de candidature du BIYA PARTY. S’il est accepté, son promoteur aura droit à une enveloppe budgétaire pour battre campagne. Et sa caution de 30 000 000 de francs Cfa exigée pour le dépôt de candidature lui sera remboursée s’il atteint au moins les 10% des suffrages au terme du scrutin d’octobre.

Monique Ngo Mayag

Dernière modification le mercredi, 18 juillet 2018 13:39

STOPBLABLACAM TV


Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants