Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Non, il n’y aura pas bientôt un uniforme pour les détenus du Cameroun

Non, il n’y aura pas bientôt un uniforme pour les détenus du Cameroun

La réponse est :
Paru le lundi, 23 avril 2018 10:42

Il se dit que pour réduire les inégalités vestimentaires en prison, l’Etat prévoit une tenue pénitentiaire. Vrai ?

Les détenus anonymes et célèbres de la prison centrale de Kondengui à Yaoundé arboreront-ils bientôt un même uniforme ? « Non. Du moins, aucune mesure pareille n’a été prescrite par le ministre de la Justice », martèle le régisseur de ce pénitencier, Landry Etoundi.

La rumeur qui dit que tous les détenus des prisons du Cameroun auront dorénavant une même tenue est fausse, puisqu’elle n’est pas adossée sur une mesure ministérielle. Un débat a cours dans ce sens  pour décrier les costumes-cravates qu’affichent les ex ministres actuellement incarcérés.

12909 rumeur

Toutefois, dans les années 70, les détenus avaient une même tenue au Cameroun. Jeanne D’arc, bientôt sexagénaire, se rappelle que petite, elle voyait des prisonniers du pénitencier d’Eseka avec des tenues jaunâtres (en tissu Jéricho). « Certains détenus avaient des tenues à  bandes rouges verticales. On nous expliquait que ceux-là étaient condamnés pour un crime lié au sang », raconte Jeanne d’Arc.

Surpopulation carcérale

Me Ngui Ti, avocat au Barreau du Cameroun confirme que les prisonniers de l’époque avaient en effet une même tenue. « Mais avec la surpopulation carcérale, cette mesure n’a pas  perduré. Prenez la prison de Douala ; prévue pour 600 personnes, se retrouve avec 4000 détenus ! L’Etat ne parvient même pas à les nourrir convenablement, combien de fois les vêtir tous ? », ironise un journaliste quinquagénaire.

Comme pour dire que la tenue pour tous en prison, implique un budget supplémentaire pas évident pour l’Etat.

Monique Ngo Mayag

Dernière modification le lundi, 23 avril 2018 11:13

STOPBLABLACAM TV


Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants