Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Électricité : les sous-traitants revendiquent 6 milliards de FCFA d’impayés à Eneo

Électricité : les sous-traitants revendiquent 6 milliards de FCFA d’impayés à Eneo

Paru le jeudi, 27 août 2020 13:12

Les rapports sont désormais tendus entre Eneo, le concessionnaire du service de distribution de l’électricité au Cameroun, et ses sous-traitants. Regroupées au sein de l’Association des entreprises de l’électricité et d’eau du Cameroun (Asselec), ces entreprises menacent d’observer un arrêt de travail dès le 31 août prochain.

La décision entérinée au cours de l’assemblée générale extraordinaire de l’Association des entreprises d’électricité et de l’eau du Cameroun (Aseelec) tenue à Douala, le 25 août, vise à revendiquer le paiement de 6 milliards de FCFA représentant la dette accumulée par Eneo depuis 5 ans auprès de ses sous-traitants.

« Pendant ce temps, nous n’effectuerons plus des travaux de construction et d’entretien du réseau électrique. Et nous avons déjà prévenu les gouverneurs des régions de ce que les pannes électriques et les perturbations du réseau électrique qui surviendront pendant cette période n’auront pas de solutions », indique le président de l’Aseelec, Mathurin Zébazé Nguehou.

Emmanuel Tumetoh, responsable d’une de ces entreprises, explique que « les procédures de paiement à Eneo sont très lourdes et vont de six mois à deux ans, voire six ans. Les impayés s’accumulent et ont pratiquement étouffé voire étranglé nos entreprises. Conséquences, plusieurs PME ont fermé. Celles qui parviennent à résister accumulent des arriérés de salaires de plusieurs mois, ce qui impacte sur la qualité du travail rendu par le personnel ».

Au lendemain de l’annonce de ce mouvement de grève, la filiale camerounaise du fonds d’investissement britannique Actis a déclenché une procédure de renouvellement des contrats de la relève-distribution. En effet, le 26 août dernier, Eneo Cameroun a lancé un appel à manifestation d’intérêt pour la sélection des potentiels partenaires d’affaires en vue de participer à un appel d’offres pour les opérations commerciales de relève-distribution.

Officiellement, l’entreprise positionne cette initiative « dans l’optique d’amélioration de la qualité de service ». Mais au sein de l’Asselec, on redoute que ce soit une tactique visant à écarter les sous-traitants jugés « peu dociles en coupant les têtes qui débordent des rangs ».

BE

Dernière modification le jeudi, 27 août 2020 13:16

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.