Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
71 chefs traditionnels de la région de l’Ouest réitèrent leur soutien à Paul Biya

71 chefs traditionnels de la région de l’Ouest réitèrent leur soutien à Paul Biya

Paru le mardi, 08 décembre 2020 06:45

C’est un contrepied à l’endroit du Conseil des chefs traditionnels de l’Ouest (CCTO) qui a récemment dressé un bilan sombre de la situation sociopolitique, économique, sanitaire et politique du Cameroun.

Pour se désolidariser de cette initiative, un collectif constitué de 71 chefs traditionnels de cette région vient de commettre une contre-déclaration pour féliciter le chef de l’Etat et le gouvernement pour l’ensemble des mesures prises pour juguler les différentes crises que traverse le pays.

Ils saluent par la même occasion les résultats obtenus par le pays sur les plans sécuritaire, politique et socio-économique.

C’est dans la salle de la Caplami à Bafoussam que les membres de ce collectif des gardiens de la tradition ont apposé leurs signatures au bas du document le 4 décembre dernier.

Ainsi, sur le plan sécuritaire, le collectif des chefs traditionnels de l’Ouest marque son soutien pour « les actions fortes du chef de l’Etat depuis la survenance de ces crises », ainsi que la « la vaillance et le professionnalisme [des] forces de défense pour la sauvegarde de l’intégrité de notre territoire ».

La déclaration du collectif sublime par ailleurs une « reconnaissance pour l’engagement du chef de l’Etat pour une démocratie apaisée malgré les tentatives répétées d’insurrection de certains partis politiques de l’opposition, ainsi que pour le parachèvement du processus de mise en œuvre de la décentralisation (…) grâce à l’organisation des premières élections régionales dont l’aboutissement verra la mise en place effective des conseils régionaux ».

Toujours sur le terrain politique, les chefs de l’Ouest marquent leur adhésion aux initiatives visant à renforcer la cohésion nationale, à combattre le tribalisme.

Les signataires de cette communication formulent en fin deux propositions : d’abord, ces dignitaires traditionnels demandent le renforcement des mesures prises par le gouvernement pour juguler l’impact de la pandémie du COVID-19 sur les entreprises et sur l’économie. Ensuite, « nous suggérons la poursuite du dialogue ainsi que la création au niveau national d’une Chambre des chefs traditionnels avec voix consultative auprès des conseils régionaux », proposent-ils.

Précisons que parmi les signataires de la déclaration du 4 décembre dernier, l’on retrouve des membres du Conseil des chefs traditionnels de l’Ouest (CCTO). C’est le cas du chef du groupement Bamendjo, Sa Majesté Maurice Tchio, tête de file des chefs ayant signé la précédente déclaration.

B.E

Dernière modification le mardi, 08 décembre 2020 06:50

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.