Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Contentieux pré-électoral des régionales : une vingtaine de recours dans le Centre, l’Ouest et le Littoral

Contentieux pré-électoral des régionales : une vingtaine de recours dans le Centre, l’Ouest et le Littoral

Paru le vendredi, 09 octobre 2020 10:09

La bataille judiciaire est ouverte dans le cadre du contentieux pré-électoral relatif aux régionales du 6 décembre 2020. À l’ouest du Cameroun, le Tribunal administratif de Bafoussam a enregistré six recours.

Devant cette juridiction, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) s’attaque l’Union des mouvements socialistes (UMS) dans la circonscription du Haut-Nkam. La requête introduite par Penka Kamla, candidat investi par le RDPC, sollicite la « disqualification » de la liste du parti de Pierre Kwemo. Le requérant argue que la tête de liste de l’UMS dans le collège des délégués de département est un éminent membre du RDPC et serait même président de sous-section.

Composante sociologique

Raphaël Ayongo, chef traditionnel de 3e degré a également saisi le juge administratif. Son recours conteste la liste des représentants des chefs traditionnels validée par Elections Cameroon (Elecam) dans le département de la Menoua. À son avis, cette liste ne respecte pas la composante sociologique car « la communauté Mbo dans l’arrondissement de Santchou n’a pas de représentants dans la liste des chefs traditionnels ».

Dans la circonscription du Noun, la composante sociologique pose également problème. Amadou Rouphaï Daïrou, le lamido de Didango à Koutaba, demande l’annulation de la liste des chefs traditionnels qui n’a pas intégré la minorité Bororo.

Centre : UPC contre PCRN

Dans la région du Centre, le match UPC contre PCRN pour le contrôle du Nyong-et-Kelle va d’abord se jouera aussi au Tribunal administratif. Dans l’un des dix recours enregistrés, l’Union des Population du Cameroun (UPC) a en effet saisi cette juridiction pour disqualifier les listes du Parti camerounais pour la réconciliation nationale (PCRN) dans cette circonscription.

Le parti du crabe conteste par ailleurs les candidatures de deux militants du RDPC dans le Nyong-et-So’o où il réclame la réhabilitation de sa liste. Celle-ci avait été rejetée par Elecam pour « défaut de cautionnement pour l’ensemble des candidats ; absence d’attestations de non redevance ; non-respect du genre ; aucune précision sur la qualité de l’autorité ayant investi les candidats ».

Le Front des démocrates camerounais (FDC) a quant à lui déposé trois requêtes. Le parti de Denis Émilien Atangana s’attaque aux listes du RDPC dans la Mefou-et-Afamba, et souhaite en revanche la réhabilitation de sa liste refoulée par Elecam dans la Mefou-et-Akono. Toujours dans le Centre, trois des dix requêtes enregistrées par le greffe émanent d’une autorité traditionnelle, relativement à la circonscription de la Haute-Sanaga.

Littoral

Dans l’après-midi du mercredi 7 octobre, le Tribunal administratif de Douala avait enregistré trois recours. Dont deux du commandement traditionnel et un d’un parti politique, en l’occurrence l’UPC. Les listes venant du commandement traditionnel dans le Moungo et le Nkam demandent le rejet des listes concurrentes, ceci au motif qu’elles ne répondent pas aux critères prescrits. Quant au recours présenté par l’UPC faction Baleguel, il demande tout simplement la validation de sa liste dans le département du Wouri.

BE

Dernière modification le vendredi, 09 octobre 2020 10:13

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.