Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Jacques Fame Ndongo moque l’option de boycott des élections de Maurice Kamto

Jacques Fame Ndongo moque l’option de boycott des élections de Maurice Kamto

Paru le jeudi, 10 décembre 2020 15:53

Dans une communication rendue publique le 9 décembre 2020, le secrétaire à la communication du Comité central du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), Jacques Fame Ndongo, soutient qu’au Cameroun, les partis politiques qui ont boycotté un scrutin depuis l’élection de la toute première Assemblée représentative le 22 décembre 1947 ont toujours raté un rendez-vous avec l’Histoire.

Pour le porte-voix du parti au pouvoir, « ceux qui se réfugient dans la politique de l’autruche, en boycottant les élections et en quêtant ou en guettant en vain le soutien du peuple camerounais sans affronter les urnes, sont condamnés à attendre un ‘’deux ex machina’’ qui descendrait du ciel ou de la rue pour leur octroyer le pouvoir ».

Jacques Fame Ndongo fait une allusion à peine voilée au Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), qui a appelé au boycott et organisé des marches de protestation contre les élections régionales du 6 décembre 2020.

Le leader du MRC, Maurice Kamto, avait déjà prôné le boycott des élections législatives et municipales du 6 février, ruinant de ce fait ses chances aux régionales. En effet, le MRC ne dispose d’aucun conseiller municipal parmi les plus de 10 000 qui constituent l’un des deux collèges électoraux.

Dans une déclaration sur les élections régionales du 6 décembre, Maurice Kamto explique que « de manière récurrente, le MRC a informé en son temps l’opinion publique nationale et internationale qu’il refusait de prendre part aux élections législatives et municipales de cette année, en l’absence d’une réforme consensuelle du système électoral et la résolution politique de la crise anglophone ».

Avec une pointe d’ironie, Jacques Fame Ndongo note plutôt qu’« on ‘’combat’’ légalement un adversaire politique en respectant scrupuleusement les lois et règlements de la République, sans état d’âme ni jérémiade ». « Au lieu de se livrer à un ubuesque jeu de politique-fiction et d’hétéro-diabolisation, les partis qui abhorrent les urnes doivent, se préparer dès à présent aux échéances électorales futures » qui, d’après le communicateur du parti présidentiel, sont lointaines mais certaines.

D.M

Dernière modification le jeudi, 10 décembre 2020 16:00

● E-Arnaques


● Fact Cheking




La téléphonie mobile au Cameroun (2010-2019)

InfographieSBBC telephonie mobile cameroun

 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.