Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
La France et l’UE condamnent l’attentat de Bamenda et l’attaque de Galim qui ont fait 9 morts

La France et l’UE condamnent l’attentat de Bamenda et l’attaque de Galim qui ont fait 9 morts

Paru le mercredi, 11 mars 2020 15:23

L’Union européenne (UE) a réagi ce 10 mars 2020 au sujet de l’attentat de Bamenda et l’attaque de la ville de Galim par les combattants séparatistes. À travers un message posté sur les comptes tweeter et Facebook, la Délégation de l’UE au Cameroun a condamné « fermement l’attentat contre un défilé pacifique de femmes le 8 mars 2020 à Bamenda ». Par ailleurs, la mission diplomatique « rejette rigoureusement l’attaque d’un poste de gendarmerie à Galim qui a coûté la vie à des civils et des membres des forces de défense et de sécurité ».

La réaction de l’UE intervient 24 heures après celle de la diplomatie française. « L’attaque qui a eu lieu hier (8 mars, NDLR) à Bamenda, pendant le défilé de la Journée internationale des droits des femmes est aussi criminelle qu’inadmissible », a posté Christophe Guilhou, l’ambassadeur de France au Cameroun sur son compte tweeter. Pour le diplomate français, « utiliser des engins explosifs pour mutiler ou tuer est intolérable », a-t-il écrit avant d’adresser des condoléances aux victimes.

Pendant la manifestation du 8 mars, Journée internationale des droits de la femme à Bamenda, un militaire a été tué par l’explosion d’un engin improvisé qui également fait sept « blessés graves », dont quatre militaires, deux fonctionnaires de la police et un civil.

La veille à Galim, une ville du département des Bamboutos à l’ouest du Cameroun, un groupe sécessionniste en provenance de la région du Nord-Ouest, a attaqué la Brigade territoriale de gendarmerie et le poste de sécurité publique. Les échanges de tirs entre les forces de défense et les combattants séparatistes se sont soldés par huit pertes en vie humaine, dont deux gendarmes et deux fonctionnaires de la police et quatre civils.

Dans un communiqué publié dimanche soir par le ministre camerounais de la Communication, René Emmanuel Sadi, le gouvernement a appelé « les pays amis et partenaires internationaux du Cameroun » à réprouver « avec une égale détermination » ces attaques « terroristes ».

BE

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.