Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Face au Covid-19, Paul Biya appelle à l’union sacrée des forces vives de la Nation

Face au Covid-19, Paul Biya appelle à l’union sacrée des forces vives de la Nation

Paru le mercredi, 20 mai 2020 06:55

Le président de la République a prononcé un discours spécial, en prélude à la célébration de la 48e Fête nationale du pays prévue dans des conditions particulières ce 20 mai 2020. Au centre de son allocution : la crise sanitaire due au Covid-19 qui secoue son pays.

Union sacrée

 « Je veux (…) que vous sachiez que le gouvernement, sous mon impulsion, fait le maximum possible pour nous sortir de cette grave crise sanitaire », a rassuré Paul Biya avant d’insister sur l’implication individuelle de chaque Camerounais. « Il est essentiel que les mesures qui ont été indiquées soient absolument respectées par chacun de nous. C’est une des conditions de la victoire que nous voulons tous remporter contre ce virus », a plaidé le chef de l’État. 

La sortie de Paul Biya visait également à resserrer les rangs face l’ennemi « sournois » qu’est le coronavirus. « J’en appelle donc à une sorte d’“union sacrée” de toutes les forces vives de la Nation pour combattre la pandémie du coronavirus », a-t-il lancé. Cette invite « à s’investir pleinement dans ce combat contre le Covid-19 » s’adresse « particulièrement » aux responsables politiques, aux hommes de religion, à « tous les leaders d’opinion, tous les responsables d’associations, tous les chefs traditionnels et tous les corps constitués ».

Bravo aux blouses blanches

Au lendemain de la sortie de l’Ordre national des médecins du Cameroun qui s’inquiète de la situation des blouses blanches, le président de la République a tenu à saluer « l’extrême courage du corps médical » qui doit persévérer dans son abnégation dans la prise en charge des malades. « Avec les moyens qui sont les nôtres, ils font le maximum pour soigner les personnes infectées. En effet, ils ne baissent pas les bras face à la gravité de l’infection au COVID-19 », a reconnu le chef de l’État. Il a également abordé la question du renforcement des structures sanitaires. À ce sujet, Paul Biya promet « de densifier notre offre de soins et, surtout, de remettre à jour certains de nos projets et programmes de développement ».

Dans son discours du 19 mai, Paul Biya a surtout pris l’engagement que : « dès qu’un traitement sera disponible, le nécessaire sera fait pour le mettre à la disposition de nos concitoyens ». Mais avant cela, « le port du masque dans l’espace public restera obligatoire jusqu’à nouvel ordre », a prévenu le président. Dans cette perspective, celui qui a été réélu le 7 octobre 2018, encourage l’industrie locale à s’investir dans la production desdits masques.

Clin d’œil aux chercheurs locaux

Alors que des initiatives de la pharmacopée africaine fusent au Cameroun et dans d’autres pays du continent pour barrer la voie au coronavirus, Paul Biya fait un clin d’œil aux chercheurs africains en général et à ceux de son pays en particulier. « J’encourage (…) tous les efforts visant à mettre au point un traitement endogène du Covid-19. Consacrons toutes nos énergies à la lutte contre cet ennemi commun », a-t-il encore plaidé.

Perspectives de relance

De la chute des cours des matières premières au ralentissement imprévu des échanges commerciaux du Cameroun, la pandémie du coronavirus a impacté négativement sur l’économie. « Il nous faudra, bien sûr, retrouver plus tard le chemin de la croissance tout en veillant à ce que, pendant cette période d’incertitude et de difficulté, les emplois soient préservés dans la mesure du possible », analyse le chef de l’État qui remobilise son équipe gouvernementale.

« Dans un contexte social inédit, [le gouvernement] devra, en particulier, se montrer ingénieux et inventif pour maintenir nos équilibres financiers, contenir le taux d’inflation, assurer la continuité du service public, notamment dans le secteur éducatif, et réguler l’activité économique de manière à sauvegarder la stabilité et la paix sociales », a prescrit Paul Biya.

Baudouin Enama

Dernière modification le mercredi, 20 mai 2020 06:58

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.