Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Crise centrafricaine : le Cameroun en quête de solutions face aux problèmes causés par l’afflux des réfugiés

Crise centrafricaine : le Cameroun en quête de solutions face aux problèmes causés par l’afflux des réfugiés

Paru le lundi, 25 avril 2022 10:01

Du 25 au 27 avril prochain, le Cameroun abrite la conférence ministérielle régionale sur les solutions dans le cadre des déplacements forcés liés à la crise centrafricaine. Organisé conjointement par le gouvernement camerounais et le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), cet événement vise à permettre au pays de trouver des solutions face aux problèmes causés par l’afflux des réfugiés centrafricains sur son sol.

« Il s’agira au cours de ces travaux d’identifier des actions en réponse aux problèmes induits par ces déplacements dans les principaux pays récepteurs de ressortissants centrafricains (Cameroun, Tchad, République démocratique du Congo, Congo, Soudan et Soudan du Sud) » indique le ministre des Relations extérieures (Minrex), Lejeune Mbella Mbella, dans un communiqué publié le 21 avril. Les différentes crises en République centrafricaine (RCA), surtout celle de 2013-2014, ont entraîné des déplacements forcés massifs notamment au Cameroun. 

Selon les récentes données du HCR (mars 2022), le pays accueille 345 587 réfugiés centrafricains installés essentiellement dans les régions de l’Est, de l’Adamaoua et du Nord. Dans certaines communes, ceux-ci sont plus nombreux que les Camerounais. Malgré la mobilisation des autorités camerounaises et de la communauté internationale pour leur apporter assistance, leur présence augmente la pression sur les ressources locales (écoles, hôpitaux, points d’eau, etc.) dans ces régions déjà fragiles et les conditions de vie dans les communautés et le pays d’accueil. Ce, même si certaines communautés hôtes tirent profit des interventions humanitaires dans des secteurs comme l’éducation et la santé.

Conflits agropastoraux

Des conflits agropastoraux ont été rapportés, par exemple à l’Est où l’arrivée des éleveurs Mbororos réfugiés centrafricains et de leur bétail a créé des tensions avec les populations locales en raison de la destruction des cultures. Cette région accueille près de 200 000 réfugiés centrafricains. La baisse des ressources pour les opérations humanitaires, exacerbée par la pandémie de Covid-19, a accru davantage la précarité des personnes déracinées, déplore le HCR. L’année dernière, le Programme alimentaire mondial (PAM) a déclaré avoir été « contraint » de réduire de 50 % les transferts de nourriture aux réfugiés centrafricains du camp de Gado-Badzere à l’Est. L’agence onusienne redoutait que cette réduction des rations puisse inciter les communautés de réfugiés à se déplacer à l’intérieur du pays d’accueil afin de satisfaire leurs besoins. Ce qui risque d’accentuer la vulnérabilité desdites communautés. 

La Conférence de Yaoundé vise donc à limiter les effets négatifs de la crise centrafricaine sur les pays d’accueil des populations réfugiées. Elle va réunir les principaux acteurs (gouvernements, acteurs humanitaires, partenaires au développement, communautés économiques régionales africaines…) impliqués dans la réponse à la situation de ces personnes ayant fui à la suite de la crise sociopolitique dans leur pays. « À l’issue de ladite conférence, les plénipotentiaires des États présents (dont la RCA, Ndlr) valideront la Déclaration de Yaoundé qui servira de ligne directive dans le processus d’applicabilité des solutions identifiées qui seront mises en œuvre dans le cadre d’un plan d’action y dédié », précise le chef de la diplomatie camerounaise. Lejeune Mbella Mbella affirme que cette « mobilisation inédite » est « la première du genre au niveau sous-régional en Afrique » et participe à la préservation de la paix et de la sécurité internationale prônées par le chef de l’État.

Patricia Ngo Ngouem

Lire aussi :

Le Cameroun ouvre son système de santé aux réfugiés nigérians et centrafricains

Réfugiés centrafricains : l’ONU promet des fonds supplémentaires pour aider le Cameroun

Garoua-Boulaï : le Cameroun face à l’afflux de réfugiés centrafricains

● E-Arnaques


● Fact Cheking




Au cours de l’année 2021, la direction générale des Impôts du ministère des Finances a encaissé près de 10 milliards de FCFA de paiements d’impôts via le téléphone portable

InfographieSBBC cameroun impots payes