Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Législatives 2020 : 40 recours introduits pour le contentieux post-électoral

Législatives 2020 : 40 recours introduits pour le contentieux post-électoral

Paru le mercredi, 26 février 2020 10:07

Au terme des opérations de vote relatives aux élections législatives du 9 février dernier, 40 recours ont été déposés devant le Conseil constitutionnel. Les différentes requêtes sont portées par 12 partis politiques issus de « la majorité présidentielle » (RDPC, UNDP, ANDP…) et de l’opposition (PCRN, SDF, Univers, Purs, Bric…).

Dans le détail, le SDF, jusqu’ici 2e force politique du point de vue du nombre de députés à l’Assemblée nationale, compte à lui tout seul une douzaine de recours visant l’annulation totale des élections législatives dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, deux régions où ce parti est en compétition avec le RDPC, parti au pouvoir.

Pour motiver son recours, le SDF évoque « la délocalisation des bureaux de vote par les responsables d’Elecam sans notifier les électeurs » et le regroupement à Santa et à Mezam Sud de 100 bureaux de vote en violation de l’article 96 du Code électoral.

Des recours en annulation partielle des élections ont également été déposés, notamment par le RDPC qui conteste la victoire de la liste conduite dans le Nyong et Kellé (région du Centre) par le président national du PCRN, Cabral Libii.

Une requête similaire porte sur les circonscriptions de Ngaoundéré 1er, 2e, 3e et de Nyambaka. Là-bas, le parti au pouvoir dénonce plusieurs irrégularités allant du non-respect par l’UNDP de l’heure limite de clôture de la campagne électorale, à la corruption, en passant par « la fraude orchestrée par l’Alliance nationale pour la démocratie et le progrès (ANDP) ».

Pour sa part, le parti Univers du Pr Nkou Mvondo met en cause le caractère irrégulier des élections législatives dans la circonscription électorale de la Vina (partie septentrionale du pays). Il allègue que 863 élèves militaires ont été inscrits à la dernière heure et cela a faussé le jeu électoral. En plus, le parti déplore le fait que ses représentants aient été expulsés des bureaux de vote le jour du scrutin.

Selon la loi camerounaise, c’est le Conseil constitutionnel qui veille à la régularité de l’élection des députés à l’Assemblée nationale. C’est également lui qui en proclame les résultats dans un délai maximal de 20 jours à compter de la date de la clôture du scrutin. Il reste dont 16 jours pour vider le contentieux et donner les résultats définitifs des législatives 2020.

BE

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.