Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Le Mindef dément l’arrestation d’un officier de l’armée dans les régions anglophones

Le Mindef dément l’arrestation d’un officier de l’armée dans les régions anglophones

Paru le mercredi, 29 avril 2020 03:49

Le ministère de la Défense dément l’arrestation d’un officier de l’armée camerounaise dans la zone anglophone en crise. Selon le capitaine de frégate Cyrille Serge Atonfack Guemo, chef division de la communication au Mindef, « Cette information complètement erronée (…) dénote d’une énième tentative de déstabilisation portée par les ennemis de la République aux desseins noirs », s’indigne-t-il dans une note diffusée ce 28 avril.

En effet lundi dernier, plusieurs médias en ligne ont rapporté l’information selon laquelle « un officier des forces de défense, notamment le capitaine Jacques Tchenem Valkossa, en service au 4e Bataillon d’intervention rapide amphibie serait mis aux arrêts sur ordres du ministre délégué à la présidence de la République, chargé de la défense, pour avoir dirigé une équipe de sept soldats qui auraient décapité un civil et ôté la vie à une femme et ses trois enfants ».

Selon le communicant de l’armée, « le supposé capitaine Valkossa Tchenem est inconnu des effectifs des forces de défense ». De même, l’unité à laquelle il est censé appartenir, à savoir le « 4e Bataillon d’intervention rapide amphibie », n’existe pas dans l’organisation de l’armée camerounaise.

En qualifiant cette tentative de manipulation de l’opinion publique d’« abjecte et puérile », le Mindef dénonce « les instigateurs de cette communication haineuse [qui] participent certainement de la vaste campagne organisée par les détracteurs de la République, qui s’attaquent en même temps aussi bien au moral de la troupe ».

BE

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.