Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
25 milliards de FCFA pour moderniser le Centre des personnes handicapées de Yaoundé

25 milliards de FCFA pour moderniser le Centre des personnes handicapées de Yaoundé

Paru le jeudi, 02 juillet 2020 18:13

Le projet de rénovation du Centre national de réhabilitation des personnes handicapées (CNRPH), situé au quartier d’Etoug-Ebé à Yaoundé, va coûter 25 milliards de FCFA à l’État. Pour financer ces travaux, le Cameroun va recourir à un prêt auprès de la Banque marocaine du commerce extérieur (BMCE). Le décret autorisant le ministre de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat) à signer l’accord de prêt y relatif a d’ailleurs été signé le 24 juin dernier par le chef de l’État camerounais.

Les travaux de la première phase du chantier devraient être confiés au consortium marocain dénommé Dispresso. « Le démarrage des travaux est conditionné par la convocation des partenaires marocains par le Minepat pour la signature du prêt de 38,112 millions d’euros (environ 25 milliards de FCFA) et la contractualisation de la maîtrise d’œuvre et des contrôles par le ministère des marchés publics à une entreprise camerounaise », souffle une source proche du projet.

Le site d’Etoug-Ebe s’étend sur une superficie de neuf hectares dont seuls quatre sont occupés. La réhabilitation du centre, où l’essentiel des équipements est devenu vétuste et obsolète, permettra donc non seulement de le moderniser, mais aussi de l’étendre. Il sera, entre autres, question de construire quatre bâtiments dont l’architecture prendra en compte « l’approche handicap dans les voies d’accès ». Chaque bâtiment sera par ailleurs équipé en matériel, en fonction de sa spécificité opérationnelle.

De nouveaux bâtiments

Le premier bâtiment à construire sera de type R+3. Cet immeuble abritera la direction générale et les autres services administratifs du centre. Un deuxième bâtiment de type R+1, consacré aux installations médico-techniques, sortira également de terre. C’est là-bas que seront installés les équipements et matériels de radiographie, d’échographie, le scanner, de même que le laboratoire d’analyses médicales et la banque de sang.

Le troisième immeuble est un centre hospitalier (R+2) d’une capacité d’accueil de 240 lits avec équipements médicaux, meubles et literie. Le projet prévoit également la sécurisation du site grâce à la construction d’une nouvelle clôture sur près de 1500 m avec un système de vidéo surveillance pour sécuriser les patients, le personnel et les équipements vu l’insécurité de l’environnement. Selon des responsables du CNRPH,l’actuelle clôture étant devenue fragile par endroits, le Centre est très souvent pris d’assaut par des voleurs qui y cambriolent des bureaux.

C’est depuis 1971 que ce centre a été mis sur pied par un prélat de nationalité canadienne, le Cardinal Paul Émile Léger. Après 37 ans au service des personnes handicapées physiques et moteurs, cette structure, rétrocédée à l’État du Cameroun en 1978, a été érigée en établissement public administratif en 2009. Depuis lors, ses missions s’étendent à la prise en charge globale de toutes les catégories de personnes handicapées.

Baudouin Enama

Dernière modification le vendredi, 03 juillet 2020 03:59

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.