Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Covid-19 : des contrôles dans les écoles pour éviter le relâchement des mesures barrières

Covid-19 : des contrôles dans les écoles pour éviter le relâchement des mesures barrières

Paru le jeudi, 05 novembre 2020 13:54

Un mois après la rentrée scolaire, des inquiétudes pointent sur le respect du protocole sanitaire dans les établissements scolaires. Les 2 et 3 novembre dernier, des équipes du ministère des Enseignements secondaires (MINESEC) ont effectué des missions de contrôle dans les lycées et collèges du pays. Une instruction de la ministre Pauline Nalova Lyonga afin de lutter contre le relâchement des mesures barrières édictées dans le cadre de la riposte contre le coronavirus (Covid-19).

«Il y a un relâchement de ces mesures dans les établissements tout simplement parce que les élèves ne portent pas systématiquement leur masque. Les enseignants et les autres collaborateurs ne participent pas non plus au respect desdites mesures barrières, alors qu’ils doivent prêcher par l’exemple», a déploré le délégué régional du MINESEC pour le Centre, Jean Paul Marcelin Mebada, dans des propos rapportés par le quotidien public. Outre le port systématique du masque, certains établissements inquiètent également par leurs effectifs jugés pléthoriques.

«Concernant ces établissements, nous allons leur demander soit d’adopter le système de mi-temps en revenant dans les effectifs normaux ou les dénoncer, car ils se mettent en marge de la réglementation», affirme M. Mebada. «Le système de mi-temps a été adopté afin de régler le problème de distanciation en cette période de crise sanitaire», a précisé la ministre lors d’une descente inopinée dans certains établissements scolaires de Yaoundé lundi 2 novembre. Pauline Nalova Lyonga a saisi cette occasion pour rappeler la nécessité de continuer à appliquer les gestes barrières pour éviter que les écoles ne deviennent des clusters de la maladie.

«Comportements surprenants»

Ce relâchement n’est cependant pas seulement observé en milieu scolaire. «Nous constatons, pour le déplorer, que plusieurs d’entre nous observent de moins en moins les mesures édictées dans les lieux publics, à savoir professionnel, académique, scolaire, religieux», a déclaré Dr Fanne Mahamat Ousmane, directeur de la promotion de la santé au ministère de la Santé publique (MINSANTE), lors du point quotidien sur la maladie ce mercredi 4 novembre.  «Bien plus, certaines personnes font peu attention même lorsqu’elles présentent des symptômes similaires à ceux de la Covid-19 : fièvre, toux sèche, fatigue, difficulté à respirer, courbatures, maux de tête, maux de gorge. Ces comportements surprenants dans un contexte pourtant grave sont véritablement à risque», a-t-elle regretté.

 «Le MINSANTE exhorte, une fois de plus, les populations à continuer d’adhérer aux interventions menées dans le cadre de la riposte», a-t-elle réitéré. Cette exhortation intervient au moment où des flambées épidémiques sont signalées dans plusieurs pays en Europe et même en Afrique. Selon les derniers chiffres officiels, le Cameroun compte actuellement 22.103 cas positifs confirmés, dont 21.151 rémissions et 429 décès. Dans un communiqué mardi 3 novembre, le ministre de la Communication (MINCOM), René Emmanuel Sadi, a rappelé que «la pandémie du coronavirus n’est à ce jour ni vaincue ni éradiquée» dans le pays. «La mise en œuvre de la stratégie nationale de riposte contre la Covid-19 prescrite par le président de la République en vue de protéger les populations de la contamination et de la propagation de cette pandémie se poursuit et tous les acteurs de la chaîne de riposte restent mobilisés de façon optimale sur l’ensemble du territoire national», a indiqué le porte-parole du gouvernement.

P.N.N

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.