Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Après trois mois d’interdiction, l’hydroxychloroquine peut à nouveau être vendue

Après trois mois d’interdiction, l’hydroxychloroquine peut à nouveau être vendue

Paru le mercredi, 15 juillet 2020 19:00

Les pharmacies camerounaises sont de nouveau habilitées à vendre de l’hydroxychloroquine, un médicament utilisé dans la prise en charge des personnes affectées de coronavirus. L’information est donnée par le Dr Georges Etoundi Mballa, directeur de la lutte contre la maladie, les épidémies et les pandémies au ministère de la Santé publique (Minsanté). C’était le 14 juillet dernier lors du point de presse quotidien organisé pour présenter l’évolution de la pandémie de coronavirus.

D’après le directeur de la maladie, les pharmacies ont été réapprovisionnées. Cette décision vise surtout à soulager les personnes atteintes de maladies rhumatismales. « Je voudrais, au nom du ministre de la Santé, rassurer ce soir tous ces patients qui ont rencontré des difficultés à s’approvisionner en hydroxychloroquine. Vous savez très bien que nous avons observé une véritable ruée vers ce médicament qui est aussi utilisé dans le protocole de traitement des patients de Covid-19, mettant ainsi en danger les malades souffrant de rhumatisme. Je voudrais donc les rassurer que le médicament est désormais largement disponible dans le circuit officiel » a déclaré Dr Georges Etoundi Mballa.

Aux malades consultées dans les services de rhumatologie de diverses formations hospitalières, le Minsanté recommande « de poursuivre le traitement unimuno suppresseur pendant la période de la pandémie, de ne surtout pas modifier, sur leur propre initiative, leur traitement habituel même quand ils sont testés positifs au coronavirus. Ils doivent aller consulter un médecin pour savoir lequel des traitements à suspendre ».

Au mois de mars dernier, alors que le Cameroun enregistrait ses premiers cas de Covid-19, la vente de ce médicament avait été interdite par les autorités camerounaises. Certaines pharmacies avaient d’ailleurs été sanctionnées par le ministère de la Santé pour avoir vendu ce médicament.

BE

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.