Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Flambée des prix des denrées : Luc Magloire Mbarga Atangana relativise les inquiétudes de l’INS

Flambée des prix des denrées : Luc Magloire Mbarga Atangana relativise les inquiétudes de l’INS

Paru le lundi, 16 mars 2020 11:38

Dans ses perspectives pour l’année 2020, publiées il y a quelques jours, l’Institut national de la statistique (INS) estime que les prix du poisson pourraient flamber dans les prochains jours au Cameroun. Une prédiction que l’institution explique par l’interdiction, début février, de l’importation de Chine des produits halieutiques frais ou congelés, décidée par le gouvernement pour éviter l’importation du Coronavirus.

Une inquiétude qui ne se justifie pas, de l’avis du ministre du Commerce (Mincommerce), Luc Magloire Mbarga Atangana (photo). Au cours d’une rencontre avec les importateurs de denrées alimentaires le 11 mars 2020 à Yaoundé, ce dernier a rappelé que le marché camerounais fonctionne par anticipation. « Avec les opérateurs économiques, nous avons pris l’habitude de fonctionner sur la base des stocks d’anticipation », a indiqué le Mincommerce. Des stocks qui permettent de tenir pendant trois à quatre mois, a-t-il ajouté.

Les importateurs présents à la concertation avec le ministre du Commerce ne disent pas autre chose. « Nous disposons de stocks d’alertes assez importants », corrobore un exportateur.

Aussi bien le ministre du Commerce que les importateurs assurent qu’il n’y a rien à craindre pour ce qui concerne la qualité des denrées importées. « La politique d’approvisionnement se poursuit en tenant compte des risques sanitaires liés au virus qui a cours », rassure Luc Magloire Mbarga Atangana.

Les importateurs reconnaissant l’existence d’un dispositif de contrôle sanitaire. Ils notent ces derniers temps des retards dans les procédures d’importation causés par « le dispositif de contrôle préalable pour certification de non-contamination des produits ».

Le Cameroun est un gros importateur de denrées de grande consommation. Par exemple, sur la période 2015-2017, le pays a déboursé au total 956,5 milliards de FCFA pour l’importation du riz, du poisson et des crustacés.

D.M.

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes