Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Covid-19 : le Cameroun suspend l’utilisation du vaccin AstraZeneca par «précaution»

Covid-19 : le Cameroun suspend l’utilisation du vaccin AstraZeneca par «précaution»

Paru le vendredi, 19 mars 2021 11:29

A son tour, le Cameroun a décidé ce 18 mars de suspendre par «précaution» l’utilisation du vaccin AstraZeneca contre le nouveau coronavirus (Covid-19). «Pour le moment, le Conseil scientifique des urgences de santé publique (CSUSP) a demandé que l’administration du vaccin Astrazeneca proposé au système de santé camerounais, dont la livraison était préalablement prévue pour le 20 mars prochain soit, suivant le principe de précaution et de prudence, suspendue», a déclaré le secrétaire permanent du Programme élargi de vaccination (PEV), Dr Shalom Tchokfe à l’issue de la série de concertations relatives au Plan national de riposte contre la Covid-19 ce jeudi.

Cette suspension n’est pas définitive. Il faudra en effet attendre les résultats des investigations en cours, notamment sur l’innocuité de ce produit développé par la firme pharmaceutique suédo-britannique, pour juger de l’opportunité de son utilisation ou pas.

Cette décision du Conseil scientifique intervient au moment où plusieurs pays de l’Union européenne (Ue) ont, à titre préventif, temporairement suspendu l’usage de ce vaccin sur la base de signalements de troubles de la coagulation sanguine chez des personnes qui avaient été vaccinées.

Conclusions

Certains pays européens, et même africains, ont décidé de continuer à utiliser ce vaccin, alors que des soupçons d’effets indésirables pèsent sur ce sérum. Mercredi, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a estimé que les avantages du vaccin AstraZeneca l’emportent sur les risques et a recommandé la poursuite de la vaccination. L’OMS devrait rendre ses conclusions sur ce vaccin ce vendredi.

Le Cameroun doit recevoir gratuitement 1,76 million de doses de vaccin AstraZeneca grâce à l’initiative Covax, qui vise à garantir l’accès aux vaccins pour les pays en voie de développement. «Nous allons recevoir les doses qui sont prévues mais nous les garderons en attendant que l’horizon soit éclairé», affirme le ministre de la Santé publique (Minsanté), Manaouda Malachie.

Pour l’heure, réitèrent les autorités sanitaires, «le plan de vaccination ne prévoit pas de vaccination de masse mais une vaccination ciblée, volontaire et non obligatoire». Au 12 mars 2021, le pays comptait 42 286 cas positifs confirmés, dont 36 362 rémissions et 633 décès selon les chiffres officiels. Les régions les plus touchées sont le Centre, le Littoral et l’Ouest. Des foyers de contaminations sont cependant répertoriés dans le Sud et à l’Est.

P.N.N

Lire aussi:

https://www.stopblablacam.com/societe/1703-6224-covid-19-le-conseil-scientifique-requiert-un-delai-supplementaire-d-observation-avant-l-utilisation-du-vaccin-d-astrazeneca

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes