Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Douala : le PAD s’apprête à déloger les populations dans la zone de Youpwe

Douala : le PAD s’apprête à déloger les populations dans la zone de Youpwe

Paru le lundi, 21 mars 2022 16:04

Aucune date n’a encore été arrêtée, mais au Port autonome de Douala (PAD), les responsables laissent entendre que le déguerpissement des populations à Youpwe, un quartier de l’arrondissement de Douala II, est « imminent ». « Il s’agit de faire passer la clôture de sécurisation », avait fait savoir Théodore Toko Dikongue, le directeur des aménagements portuaires du PAD. Qui rassure que tout se fera avec humanité.

« Dans le souci d’humanité, de préservation de la paix sociale et d’atténuation des traumatismes éventuels dus à la libération desdites emprises, le Port autonome de Douala conformément aux missions d’appui aux activités de développement durable local, social et culturel des communautés riveraines (…) reste disposé à procéder à l’accompagnement social », écrit Cyrus Ngo’o, le directeur général du PAD, dans une correspondance qu’il adresse à l’autorité administrative de la ville de Douala.

Le PAD a par exemple convenu de procéder à un déguerpissement échelonné. Dans quelques jours, seules les populations qui vont se retrouver à l’intérieur de la zone portuaire après la construction de la clôture de sécurisation doivent partir. Le PAD promet de les identifier afin de faciliter l’accompagnement social. La seconde partie du déguerpissement concerne les autres populations de Youpwe, qui occupent anarchiquement l’espace portuaire. « Le PAD leur donnera un temps pour que les uns et les autres préparent leur départ », indiquait Théodore Toko Dikongue dans une récente interview.

Occupation anarchique

En rappel, le rapport des travaux du projet de « Reconstitution des limites du domaine public portuaire de Douala-Bonaberi », qui date de 2016, a conclu que « les zones telles que Youpwe et Essengue sont parties intégrantes du domaine public portuaire ». Le même rapport mentionne que ces zones « font néanmoins l’objet d’une occupation anarchique et illégale par les populations qui sont, pour la plupart, installées par le canton Bell ».

Fort de ce constat, en 2018, le PAD obtient la permission de libérer les populations pour procéder à la sécurisation physique de la place portuaire. Ce n’est que ce mois que les populations qui occupaient le site d’Essengue ont été libérées. Et bientôt, c’est au tour de Youpwe. « Le retard pris dans l’exécution du projet de sécurisation du Port de Douala-Bonaberi, sur les zones portuaires d’Essengue et de Youpwe, procède justement du souci du PAD d’écouter toutes les revendications et d’essayer, sous l’encadrement de l’autorité administrative, d’y apporter des solutions, quand ces dernières sont justifiées », indique Cyrus Ngo’o, dans la lettre citée plus haut.

Michel Ange Nga

Dernière modification le mercredi, 23 mars 2022 13:58

● E-Arnaques


● Fact Cheking




Plus de 100 000 PME créées au Cameroun en quatre ans

InfographieFormation PME cameroun

 

Please publish modules in offcanvas position.